Législatives : Bastien Faudot, candidat MRC dans la 1ère circonscription de Belfort ©myaireurbaine.info - Thibault Quartier

Législatives : Bastien Faudot, candidat MRC dans la 1ère circonscription de Belfort

Le Mouvement républicain et citoyen (MRC) du Territoire de Belfort a désigné son candidat pour les élections législatives dans la 1ère circonscription du Territoire de Belfort, en la personne de Bastien Faudot. Selon un accord, le Parti socialiste ne devrait pas présenter de candidat. Le MRC va-t-il rassembler autour de lui les forces de gauche ?

On attendait Christian Rayot. C'est finalement Bastien Faudot qui a reçu l'investiture des membres du MRC du Territoire de Belfort pour partir à la conquête de la 1ère circonscription dans le cadre des élections législatives des 11 et 18 juin. Cela a été acté ce mercredi soir. Le maire MRC de Grandvillars et président de la communauté de communes du sud Territoire (CCST) ne sera pourtant pas loin. Il est son suppléant. Lui qui n'a pas voulu lâcher ses missions à la CCST et abandonné des projets qu'il a lancés. Et les deux hommes s'affichent comme un binôme – glissant souvent des « en votant pour nous » tant aux yeux de la presse que dans leurs éléments de langage. Ces derniers sont axés autour de 3 notions : complémentarité, authenticité et rassemblement. Pour le premier, la compréhension n'est pas difficile. Christian Rayot est un élu qui a de la bouteille (première élection en 1977 alors que Bastien Faudot n'était même pas né) et Bastien Faudot incarne une certaine jeunesse (il est né en 1978). Complémentarité aussi, selon les deux candidats, car Christian Rayot est très implanté dans le sud du Territoire, par son poste de président de la CCST (27 communes) et son poste de conseiller départemental du canton de Grandvillars. Bastien Faudot, conseiller municipal, communautaire et départemental d'opposition, est originaire d'Andelnans et est conseiller départemental de Belfort 1, qui comprend notamment le quartier de la Pépinière. Il veut capitaliser là-dessus. Il change toutefois de secteur dans Belfort. Un secteur votant traditionnellement à droite. « Le premier de tour de l'élection présidentielle ne dit pas ça », répond Bastien Faudot, citant les chiffres de François Fillon dans le quartier des Glacis (7 %). « Ces secteurs ne sont pas si homogènes que cela. » Les deux hommes appuient énormément sur leurs origines belfortaines pour justifier leur implantation. « On est des élus de terrain », insiste Bastien Faudot.

Attaque du pouvoir en place

Pour le rassemblement, le discours est bien préparé. « Christian est un homme de rassemblement », relève Bastien Faudot, appuyant son discours par les fonctions exécutives de Christian Rayot à la CCST. Pour sa part, il met en avant sa coordination de l'opposition à gauche au Département, regroupant six personnalités aux horizons divers. « On est dans le contre-modèle parfait de ce que fait Damien Meslot », tacle Bastien Faudot, qui s'en prend à plusieurs reprises aux méthodes « violentes » et au « système féodal » de l'actuel député de la 1ère circonscription, maire de Belfort et président du Grand Belfort, rappelant le triste épisode du Sertrid. Il reprochent à Damien Meslot de vouloir « assujettir et de « mettre le Département et l'Aire urbaine à feu et à sang ». Et de replacer leur candidature dans les illustres traces de Jean-Pierre Chevènement et de sa construction avec Louis Souvet de l'Aire urbaine.

Rassemblement à géométrie variable ?

Les deux hommes sont conscients des difficultés de la campagne qui les attend, d'autant plus avec la poursuite de la percée du Front national. Ils sont également conscients de l'intérêt que pourrait avoir la gauche à s'unir, sachant que la France insoumise (François Froidurot) et le Parti communiste (Sabine Verdant) ont déjà annoncé un candidat dans cette circonscription. Cette union conditionne pourtant la victoire. Bastien Faudot confirme des discussions avec d'autres forces politiques de gauche pour construire un programme discuté. Mais va-t-il se concrétiser ?

Bastien Faudot confirme également que des élus socialistes l'ont déjà rejoints pour faire campagne. Selon nos informations, le Parti socialiste belfortain a toutefois remonté à Solferino le fait que ce soit Bastien Faudot qui soit candidat et non Christian Rayot. « L'accord prévoyait que ce soit Christian Rayot », précise une source proche du dossier. On se réfère donc au parti pour vérifier s'il est toujours d'actualité...Ou s'il y a une remise en question !

Bastien Faudot garantit déjà qu'il soutiendra Maud Clavequin dans la 2e circonscription. « Si elle est candidate du Parti socialiste. Je respecterai l'engagement », souffle-t-il dans un discours sibyllin. De son côté, Maud Clavequin insiste sur le fait qu'il y ait « une discussion de toutes les forces démocratiques contre le Front national ». Son raisonnement est mathématique. Si la gauche part divisée, elle renforce les chances du FN. « On ne peut pas se permettre de faire n'importe quoi », insiste-t-elle. Et de rappeler que pour le moment, les efforts doivent être faits sur le second tour de l'élection présidentielle. « On réfléchira après pour faire barrage au FN. » Bastien Faudot et Christian Rayot sont déjà prêts, de leurs côtés, à labourer le terrain.

Thibault Quartier

Une clé anglaise de l'information, capable d'écrire autant sur le marché des Leds en aquariophilie que sur celui des huîtres ou des poules en zones périurbaines ! Un sujet vous paraît abscons, il se fera un plaisir de l'expliquer.

Inscrivez-vous à notre Newsletter !

Entrée non valide

Suivez nous !

 

Annonceur

Annonceur Packapp

Création d'app mobile