Si des mesures de précaution on été prises, rien à voir avec une menace d'attentat. La police parle d'une affaire de droit commun.

Une femme est soupçonnée d'avoir étouffé sa mère, dimanche dans le Territoire de Belfort. Les raisons du geste de la fille envers sa mère « restent à établir », selon le substitut du procureur.

La police est toujours à la recherche du corps de l'étudiante japonaise disparue en décembre. 80 policiers, aidés de maîtres-chiens de la gendarmerie et de plongeurs de Strasbourg, sont mobilisés durant la semaine pour tenter de le retrouver.

L'autoroute a été coupée dans les deux sens en raison d'un incendie. Les automobilistes ont été invité à quitter l'autoroute soit à Baume-Les-Dames, soit à Burnhaupt. Le trafic a été rétabli à 14 h.

L'opération menée par la gendarmerie mardi matin à Belfort a été fructueuse. Ce mercredi 5 avril, l'une des personnes interpellées a été mise en examen et écrouée.

Les gendarmes de la brigade de recherches de Besançon ont procédé à des interpellations, tôt ce mardi matin, dans le quartier de la gare.

Une assistante maternelle de 56 ans accusée d'avoir mortellement secoué un bébé a été acquittée par la Cour d'assises du Doubs vendredi soir, au terme de trois jours d'audience.

Le 2 décembre 2016, le corps d'un homme avait été retrouvé avec une importante plaie à l'arrière du crâne, gisant face contre terre, à Faverois.

Quelles sont les causes de la mort du petit Tony ? Des médecins parlent de la mort subite du nourrisson, d'autres du syndrome du bébé secoué. Les avocats de l'accusée plaideront l'acquittement.

Le médecin soupçonné d'empoisonnements a été laissé en liberté, mais le montant de sa caution a été augmenté à 100 000 €.

Le président de la chambre de l'instruction a décidé de la publicité restreinte des débats, sur demande de l'avocate générale pour éviter que des "éléments couverts par le secret de l'instruction" ne soient évoqués devant la presse.