La décision sur la légitimité de la relégation du FC Sochaux en Ligue 2 n'est pas pour aujourd'hui: le Conseil d'Etat a décidé d'ajourner sa décision, sans donner de nouveau calendrier.

Des salariés de l'ex-usine Alstom de Saint-Ouen vont percevoir 8 000 euros de General Electric en réparation d'une exposition à l'amiante. C'est la décision prise par la cour d'appel de Paris qui fait suite à un jugement des prud'hommes de Bobigny de juillet 2015.

Le  vigile d'une boîte de nuit a été victime d'un coup de couteau dans la nuit de samedi à dimanche. Il s'est présenté avec son avocat au commissariat ce mardi 25 avril, dans la nuit.

Une assistante maternelle de 56 ans accusée d'avoir mortellement secoué un bébé a été acquittée par la Cour d'assises du Doubs vendredi soir, au terme de trois jours d'audience.

Le médecin soupçonné d'empoisonnements a été laissé en liberté, mais le montant de sa caution a été augmenté à 100 000 €.

Le tribunal correctionnel de Besançon a prononcé des peines de trois et quatre ans de prison ferme pour les trois principaux protagonistes du réseau.

L'audience de la chambre de l'instruction de la Cour d'appel se tiendra mercredi à 9h au Palais de justice de Besançon.

Deux jeunes adultes et deux mineurs haut-saônois ont été condamnés par le tribunal correctionnel de Vesoul pour des actes d'une particulière cruauté contre des vaches. Ils les ont entre autres frappés à coups de hachettes.

L'empoisonnement de patients à Besançon sont des "actes volontaires" pour "entraîner la mort", estime le parquet. L'enquête se poursuit et la vice-procureure n'exclut pas la découverte d'autres victimes.

Le Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans le cadre de la disparition en décembre de  Narumi Kurosaki, une Japonaise étudiant à Besançon, a comparu mardi devant la Cour suprême à Santiago où il a clamé son innocence, selon son avocat, Me Pelayo Vial. 

"Nous allons nous défendre, évidemment. Nous rejetons les charges qui pèsent contre mon client", a déclaré Me Vial. 

M. Zepeda était cité à comparaître devant la Cour suprême qui avait refusé début février de placer en détention provisoire le jeune homme à la demande de la justice française, en raison du "peu d'informations relatives aux faits punissables et à (sa) participation"

"Nous avons comparu volontairement dès que Nicolas a eu connaissance des premières demandes de l'Etat français", a ajouté l'avocat du Chilien, réfutant que son client cherche à échapper à la justice.

La défense de M. Zepeda sera assurée depuis le Chili, car "assumer une défense en France est impossible, tant physiquement qu'économiquement, pour notre client", a expliqué Me Vial.

Quelques minutes après sa comparution, le Chilien est reparti sans faire de déclaration à la presse, dont des médias japonais qui avaient fait le déplacement.

Le corps de Narumi Kurosaki, 21 ans, qui étudiait le français à Besançon depuis septembre, reste introuvable, mais la police et la justice françaises sont persuadées de son décès.

Nicolas Zepeda Contreras a regagné son pays natal après la disparition de Narumi qui avait entretenu, par le passé, une relation amoureuse avec lui, avant de le quitter.

(Source: AFP)

Suivez nous !

 

Annonceur

Annonceur Packsweb

Création de site internet