Les supporters sochaliens sont toujours fiers de leurs couleurs, mais aussi inquiets de la situation extra-sportive du FCSM. Les supporters sochaliens sont toujours fiers de leurs couleurs, mais aussi inquiets de la situation extra-sportive du FCSM. ©myaireurbaine.info - Thibault Quartier

L’incertitude plane sur le FCSM

Si les résultats sportifs sont bons en cette fin d’année, il n’en est pas de même sur le plan extra sportif. Entretien avec la DNCG (Direction nationale du contrôle de gestion), chute en bourse de l’entreprise propriétaire, fin des aides de PSA… Le point.

Sochaux finit cette première partie de saison à la 5e place de ligue 2, à égalité de points avec Lens (3e), Strasbourg (4e) et Troyes (6e). Si les résultats sportifs sont plutôt bons, les supporteurs sont inquiets de la tournure des événements en dehors du terrain.

Ledus et Tech Pro seuls aux commandes

À la vente du club par le groupe PSA au groupe Ledus, filiale de Tech Pro, le propriétaire historique avait donné comme garantie de verser pendant deux ans (si le club restait en ligue 2) la somme de 1,5 million d’euros par an. Une somme qui représente environ 10 % du budget du club. L'échéance arrive bientôt à son terme. La saison 2017/2018 se fera donc seulement avec le groupe Ledus aux commandes. À son arrivée, le nouveau propriétaire, Li Wing-Sang, avait assuré qu’il transformerait le FCSM. Il avait fait une annonce qui avait marquée les esprits et dont le quotidien L'Equipe s'était fait l'écho : « Si nécessaire, nous sommes prêts à investir dix, vingt ou cent millions d'euros ! »

Aujourd'hui, un an et demi après le rachat du club par Ledus, le doute est présent dans l'esprit des supporteurs. Et la forte baisse des actions du groupe Tech Pro en août (les actions ont chuté de 86 % une journée puis de 56,5 % le lendemain) ne rassure personne. En y ajoutant la très faible communication du groupe à propos du club – qui se veut toujours rassurante et très politique – l’avenir s’est un peu obscurci dans le Doubs.

La DNCG veut des certitudes

Début décembre, le groupe a eu un entretien avec la direction nationale du contrôle de gestion (DNCG), gendarme économique du football professionnel français. Le communiqué de presse du club a mentionné un « échange constructif »… Le président chinois a rappelé « son attachement au club »… Ce sont quasiment des réponses de Normands, alors que la DNCG veut des certitudes. Il faudra mettre, avant janvier, de l’argent sur la table pour la saison 2017/2018. 

Il ne faut pas oublier que la DNCG a pris l'habitude de punir les mauvais élèves économiques, dont l'un des exemples emblématiques fut la gestion du dossier RC Lens. Il avait vu sa montée en ligue 1 refusé en 2014. De l’interdiction de recrutement à celle de monter en division supérieure ou de la décision d'une relégation, la DNCG dispose de nombreux outils pour sanctionner la mauvaise gestion d’un club. En attendant, le FC Sochaux-Montbéliard devra faire preuve de rigueur et le groupe Ledus devra investir pour laisser le club dans de bonnes dispositions. La prochaine échéance, début janvier, devrait être un apport de fonds du groupe Ledus. Il pourrait redonner confiance aux supporteurs et permettrait au club doubiste de vivre sereinement cette deuxième partie de saison. 

 

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.

Inscrivez-vous à notre Newsletter !

Entrée non valide

Suivez nous !

 

Annonceur

Annonceur Packapp

Création d'app mobile