Aire urbaine: comment travaillent vos députés [infographie]

Zoom sur ce que font (ou ne font pas), les députés de l'Aire urbaine, à travers les chiffres relevés sur le site nosdéputés.fr.

Le site nosdeputés.fr étudie les présences et l’activité parlementaire de tous les députés français. Y compris ceux de l’Aire urbaine, à savoir Damien Meslot (LR) et Michel Zumkeller (UDI) pour le Territoire de Belfort, Marcel Bonnot (LR) et Frédéric Barbier (PS), les deux députés du nord du Doubs, et Jean-Michel Villaumé (PS) député de Haute-Saône.

Le moins assidu : Damien Meslot

Le premier critère observé, c'est la présence à l’Assemblée nationale, que ce soit en commission ou dans l'hémicycle. D'abord, on voit clairement la difficulté du cumul des mandats. Depuis son élection comme maire de Belfort, les présences de Damien Meslot à l’Assemblée nationale passent de 32 semaines à 15. Michel Zumkeller, lui aussi maire de Valdoie, parvient à se présenter en commission et en hémicycle plus de trente semaines par an, tout comme Jean-Michel Villaumé. Cependant, il est important de noter que seules les présences en commission sont comptabilisées de manière précise, les présences en hémicycle étant comptabilisées uniquement si l'élu prend la parole. « Un député est compté comme participant en hémicycle si au moins une de ses interventions pendant la séance étudiée comporte plus de vingt mots. Vous pourrez en effet constater comme nous que les très courtes interventions ne peuvent pas aborder le fond du débat », précise nosdeputés.fr. Il y a également plusieurs séances par semaine ; ici on ne comptabilise qu’une présence sur une semaine.

Michel Zumkeller dans son rôle d’opposant

Un amendement est une modification, soumise au vote d'une assemblée, en vue de corriger, compléter ou annuler tout ou une partie d'un projet ou proposition de loi en cours de délibération ou d'une loi préexistante. C’est l’arme du député en désaccord, ce qui explique le plus faible nombre d’amendements signés par les élus de la majorité à savoir Frédéric Barbier et Jean-Michel Villaumé, avec respectivement 141 et 147 amendements signés. Michel Zumkeller fait d’ailleurs partie des députés ayant signé le plus d’amendements avec un total de 789 pendant les douze derniers mois.

Marcel Bonnot intervient peu

Par session parlementaire, donc du premier jour d’octobre au dernier jour de juin, on compte environ 300 projets de loi déposés. Sur ces 12 derniers mois, chacun des députés de l’Aire urbaine est intervenu en commission et en hémicycle. Avec deux interventions en commission et deux en hémicycle, Marcel Bonnot fait partie des bons derniers dans ces catégories. Au contraire, Damien Meslot se présente comme un bon élève par le nombre de questions écrites et les propositions de loi signées. 

Un travail difficile à quantifier

On constate que l’activité en circonscription n’est pas présentée dans les chiffres de nosdeputés.fr. Le site s’en dédouane en citant la constitution: « Les députés ne sont pas élus selon le principe du mandat impératif et tout député est donc un élu de la Nation avant d'être celui de sa circonscription. » Nosdeputes.fr signale que « nous tenons compte de l'ensemble des éléments publics, publiés, et exploitables, disponibles sur le site de l'Assemblée nationale et au Journal officiel. Les travaux des commissions d'enquête, des missions d'information ou encore des offices et délégations sont donc bien intégrés dans la mesure de leur disponibilité ». Malgré les faiblesses des analyses reconnues par le site, son activité contribue à rendre le travail parlementaire plus transparent.

Media

!function(e,t,s,i){var n="InfogramEmbeds",o=e.getElementsByTagName("script"),d=o[0],r=/^http:/.test(e.location)?"http:":"https:";if(/^\/{2}/.test(i)&&(i=r+i),window[n]&&window[n].initialized)window[n].process&&window[n].process();else if(!e.getElementById(s)){var a=e.createElement("script");a.async=1,a.id=s,a.src=i,d.parentNode.insertBefore(a,d)}}(document,0,"infogram-async","//e.infogr.am/js/dist/embed-loader-min.js");
Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.