Et si on coupait la télé? #8

« Et si on coupait la télé ? » c’est une petite chronique hebdomadaire « qui pique ». On voudrait qu’elle vous éclaire sur les thèmes d’actualité, mais aussi qu’elle vous donne envie de sortir de chez vous, à la rencontre de vos congénères qui bouillonnent d’idées.

Qu’est-ce qu’elle était belle cette semaine 15 de l’année 2017 !

Parce que le soleil semble s’installer et nous permet de profiter des terrasses, installées çà et là en avant des bistrots et autres brasseries. C'était aussi la soirée de lancement du festival Impetus, avec le concert des mythiques Suicidal Tendencies au Moloco. Impetus, c'est un festival transfrontalier, dont on vous parlera dans une prochaine chronique.

« La naïveté grotesque des enfants fait peine à voir, surtout si l’on veut bien la comparer à la maturité sereine qui caractérise les adultes. Par exemple, l’enfant croit au Père Noël. L’adulte non. L’adulte ne croit pas au Père Noël. Il vote»

Pierre Desproges dans Manuel de savoir vivre à l’usage des rustres et des malpolis. Ed. Point

Dans quelques jours, nous y serons. Il sera temps de glisser la petite enveloppe dans l’urne.

Pas d’excuse, pas de mot d’absence injustifié, ce n’est pas une surprise, les médias vous en parlent depuis des lustres. Vous avez eu le temps de mûrir votre choix, lire minutieusement les programmes de chaque candidat, suivre attentivement les débats télévisés, en discuter avec votre entourage, vos amis, votre famille… bref, vous savez, c’est sûr.

Ah non ? Vous nagez en pleine incertitude ? Allons, mettez-y du vôtre ! L’avenir de la Nation en dépend. Cependant, ne comptez pas sur nous pour vous déterminer.

C’est l’occasion de revenir sur ces personnages qui ont alimenté la chronique ces derniers mois. Des personnages parfois hauts en couleur. Un hommage post-mortem pour certains de ces combattants que l’on ne devrait plus revoir. Toutefois, nous allons utiliser le conditionnel. L’expérience des dernières élections au niveau international nous montre que c’est plus sage.

Onze candidats ayant obtenus les cinq cent signatures nécessaires pour se présenter à la présidence de la République française. Si l’on en croit les sondages récents (oui, nous aussi nous aimons prendre des risques !), quatre sont en ballottage favorable pour l’accession au second tour. Macron, Fillon, Le Pen et Mélenchon. Il semblerait que les supporters de la rose n’aient pas digéré le quinquennat Hollande, laissant Hamon ramer seul dans la tempête.

En ne tenant compte que de ces quatre-là, ça vous laisse le choix entre l’inconnue « fourre-tout », l’austérité conservatrice et les potentialités dictatoriales. C’est réducteur, mais soyons sérieux, nous n’avons pas la prétention d’être d’éminents spécialistes.

The political Voice

Revenons donc sur ce grand moment de show-biz, cette espèce de radio-crochet qui nous a tenu en haleine durant de long mois. Mettez-vous à la place du jury qui tourne le dos à ces candidats tantôt hésitants, tantôt impétueux. Tellement humains. Il est arrivé qu’à l’occasion d’une interview, d’un débat, de l’avis de vos amis sur les réseaux sociaux, vous ayez eu envie d’appuyer sur le buzzer. Paradoxalement, dans la minute qui suivait, LE candidat, celui qui vous avait fait jubiler juste avant, vous exaspérait et perdait toute chance de vous voir vous retourner vers lui, vers sa lumière, confortablement assis dans votre fauteuil rouge.

Cette « politique-réalité » vous a enthousiasmé autant qu’elle vous a agacé. Vous avez aussi été attendris par ces « petits » candidats, avec parfois l’envie de vous prononcer pour eux. Jean Lassalle, ce berger des Pyrénées parfois incompréhensible. Philippe Poutou et sa gouaille d’ouvrier syndiqué, remarqué pour son irrévérence face aux candidats médiatiques lors du seul débat à onze. Nathalie Artaud, la prof trotskiste. Jacques Cheminade, l’ainé de la classe. Nicolas Dupont-Aignan, garçon poli et bien élevé qui a voulu affirmer sa force de caractère en quittant un plateau télé. François Asselineau, le candidat du « Frexit » qui connaît par cœur les articles européens et français. Cours Forest…

Même si beaucoup ont considéré que « ces gens-là » n’étaient pas utiles et nous faisaient courir le risque d’un choix extrême, ils ont au moins eu le mérite d’être là, d’ouvrir les débats et de justifier notre démocratie. Ce ne sont pas eux le problème, mais plus la médiocrité de notre paysage politique qui nous pousse à voter « contre» plutôt que « pour ».

Bon allez, on coupe la télé pour de bon et on revient aux choses concrètes.

Les occasions sont nombreuses dans l’Aire urbaine de décrocher de nos écrans et d’aller à la rencontre de vrais gens, histoire de partager des idées et des émotions.

Cette semaine, un vent du sud couvrira l’Axone avec l’arrivée de la première édition de la Mondialette de pétanque, du 20 au 23 avril. L’occasion d’aller exposer aux yeux de tous vos compétences dans le domaine, acquises depuis des années à l’occasion des barbecues familiaux bien à l’abri dans vos jardins. A noter qu’il y aura deux soirées « apéro-pétanque » le jeudi 20 et le vendredi 21 à partir de 19 h, avec du sable, de la bonne humeur et de la musique live.

Pour les cinéphiles, les Productions de l’Impossible organisent une soirée ciné-club au cinéma le Colisée à Montbéliard le jeudi 20 à 20 h 30. Au programme Faster pussycat ! Kill ! kill !, un film de Russ Meyer,1965, en version restaurée qui a dû inspirer Tarantino.

Du vendredi 21 au dimanche 23, la Vintage Tattoo Convention à l’AtraXion, parc des expositions d’Andelnans, avec notamment une chouette soirée concert le vendredi soir et la présence de Demented are Go.

Samedi 22, c’est le disquaire day, et vous pourrez aller compléter votre collection de vinyles au Local à Montbéliard, à partir de 13 h 30.

Ce même jour en soirée, vous pouvez vous rendre au 19 CRAC à Montbéliard (musée d’art contemporain en face de la gare) pour participer au finissage d’Off-Cells et assister à quelques concerts et performances (à partir de 20 h), ou choisir d’aller soutenir les participants à la soirée d’impro au Bar Atteint des Créatures à Belfort (à partir de 20 h 30, réservation conseillée).

Le dimanche, faudra aller voter…

Une belle semaine en somme, et pour en savoir plus, y’a qu’à demander à l’internet, ou jeter un coup d’œil sur notre agenda Facebook. On ne va pas vous mâcher tout le travail non plus !

Laurent

Pas journaliste pour un sou, c'est un citoyen observateur et investi. Il aime partager son regard acéré et éclairé sur le monde qui nous entoure. Loin de ses racines, c'est l'oeil extérieur sur notre région, dont il mesure toutes les qualités et à laquelle il est désormais attaché.

Inscrivez-vous à notre Newsletter !

Entrée non valide

Suivez nous !

 

Annonceur

Annonceur Packapp

Création d'app mobile