La décision sur la légitimité de la relégation du FC Sochaux en Ligue 2 n'est pas pour aujourd'hui: le Conseil d'Etat a décidé d'ajourner sa décision, sans donner de nouveau calendrier.

Le FC Sochaux avait espéré en vain en 2014 se maintenir en L1 en raison de refus de la DNCG de valider la montée de Lens en L1. Le club nordiste n'avait pas suivi l'avis de cette instance.

Lundi en fin d'après-midi, cinq bus sont partis de Sochaux, remplis de supporteurs du football-club Sochaux-Montbéliard. Destination: Strasbourg, pour le derby avec le RC Strasbourg. Reportage dans le bus et dans les tribunes.

« Et si on coupait la télé ? » c’est une petite chronique hebdomadaire « qui pique ». Non, ce n’est pas qu’une chronique, C’est aussi un agenda des sorties à faire pour la semaine à venir pour vous extirper de la lobotomie télévisuelle et de la torpeur du canapé.

Qu’est-ce qu’elle était belle cette semaine 13 de l’année 2017 !

Parce qu’on sent bien que les « affaires » font moins recette. Et c’est assez agréable de ne pas entendre parler à longueur de journée de la décadence de nos élus.

« Le démocrate, après tout, est celui qui admet qu'un adversaire peut avoir raison, qui le laisse s’exprimer et qui accepte de réfléchir à ses arguments.»

Albert Camus dans Combat.

Et oui. C’est bien tout le problème aujourd’hui. Nos élus n’ont retenus que l’idée « monarchique » de la Ve République. Nous avons affaire à des roitelets en puissance et tous se demandent pourquoi les Français, le peuple, n’adhèrent plus à ce qui leur est proposé. Le Grand Charles, dont tous se réclament, doit s’être retourné un paquet de fois dans sa tombe en constatant l’énorme gâchis de notre République. Pas de quoi être fier de sa descendance…

« Mais où sont les projets qui fédèrent ? »

Le problème, au-delà du manque d’éthique dont font preuve nos élus actuels et des affaires financières qui en ressortent, c’est que l’on ne nous propose plus un projet commun. Ce ne sont pas des projets pour la France et les Français, mais des projets qui mettent en avant une catégorie socio-professionnelle, un secteur d’activité, une zone ou une région. Mais où sont les projets qui fédèrent, ceux auxquels adhèrent les élites et qui protègent les plus faibles, qui s’intègrent dans le fonctionnement mondialisé des affaires et de la finance pour mieux les réguler au service du bien commun, qui prennent des mesures actives pour protéger notre planète et l’avenir de nos enfants et de nos petits-enfants, qui comprennent les ficelles des relations internationales et peuvent conserver à la France une crédibilité ?

L’héritage de De Gaulle galvaudé et trahi

Puisque les politiques d’aujourd’hui, de tous bords, se réclament du Gaullisme, il faudrait très certainement leur rappeler quelques principes qui font qu’il était considéré par le peuple français comme un grand homme, et encore aujourd’hui. D’abord, il y avait cette légitimité, qu’aucun de nos contemporains ne pourra obtenir, après avoir organisé le sauvetage de la France contre l’occupant nazi. Il y avait là du courage et de l’abnégation pour cette « certaine idée de la France », qui l’a guidé tout au long de sa carrière politique.

Ensuite, De Gaulle était toujours prêt à remettre en cause ses mandats par des référendums, prêt à passer la main si le peuple n’en voulait plus. Vous imaginez ? Il pratiquait la démocratie participative en consultant le peuple, et, surtout, en tirait les conclusions qui s’imposaient. C’est sûr que concernant ces deux premiers points, on est loin du compte avec nos élus professionnels et cumulards de tous bords, confortablement installés depuis des dizaines d’années. Enfin, il osait s’entourer de personnes qui n’étaient pas dans son petit cercle d’amis, mais qui, comme lui, voulaient faire progresser la France et lui conserver sa grandeur.

On pourrait en parler des heures, certes, mais on vous laisse ces quelques éléments à votre réflexion. On ne sait jamais, ça pourrait éveiller des consciences.

Bon allez, on coupe la télé pour de bon et on revient aux choses concrètes.

Et la semaine va être chargée, nous permettant de décrocher de nos écrans et d’aller à la rencontre de vrais gens, histoire de partager des idées et des émotions.

Et ça commence dès le mardi 4 avril par Blockbuster, un "mashup" (association de captures de plans de films) dans le cadre du festival Europe en Scène proposé conjointement par Ma scène nationale et le Granit, où l’humour devient une arme de contestation. Blockbuster sera diffusé à la Maison du Peuple à 20 h (et franchement, ça vaut le coup d’aller assouvir sa curiosité !)

Le mercredi 5 avril, si vous êtes entrepreneur engagé, allez rendre visite au centre Epide de Belfort en compagnie du club Appel d’Aire. C’est une belle occasion de confronter les patrons à cette jeunesse en difficulté qui se bat pour sortir de l’exclusion professionnelle. C’est aussi l’occasion de rencontrer l’Epide et son personnel pour mieux comprendre ce qui les anime et comment ils réussissent à remettre sur la voie une partie de la génération Y. Le rendez-vous est fixé à 17 h 30 au centre Epide, situé à la Miotte.

Le vendredi 7 avril, le FCSM a besoin de vous ! Le club phare de notre région connaît des difficultés sportives depuis le début 2017, et des inquiétudes sur le plan économique sont en train de (re)voir le jour. Peu importe, les Jaune et Bleu doivent recevoir notre soutien entier. Vendredi soir, après le derby à Strasbourg, ils rencontrent Niort dans l’enceinte de Bonal.

Le samedi 8 avril, c’est profusion ! Du rock et des concerts partout dans l’Aire urbaine et il y en aura pour tous les goûts:

  • Rockin’chaise à la salle des fête de Colombier-Fontaine ;
  • Pur rock à l’atelier des Môles à Montbéliard pour une soirée tribute to Rolling Stone ;
  • Scratch et sampling au Moloco à Audincourt, avec Duddy l’enfant du pays ;
  • Enfin, les Kriptonix au bar de l’Axone à Montbéliard, proposés par les Productions de l’impossible.
  • Ouf…

Le dimanche 9 avril, ce sera la journée des enfants (mais pas que…) avec les carnavals des villes de Belfort et Montbéliard (et oui, il faudra choisir…); ou alors, vous pourrez aller, en famille, chasser les œufs au château de Villersexel (à partir de 14 h).

Une belle semaine en somme, et pour en savoir plus, y’a qu’à demander à l’internet, ou jeter un coup d’œil sur notre agenda Facebook. On ne va pas vous mâcher tout le travail non plus !

 

Le FC-Sochaux Montbéliard se déplace ce soir, lundi 16 janvier, à Valenciennes pour le compte de la 20e journée.

Ce mardi 10 janvier, le FC Sochaux-Montbéliard accueille au stade Bonal l’AS Monaco, pour le quart de finale de la coupe de la Ligue.

La neige est arrivée. "Enfin", diront certains. Les stations de ski de la région reprennent donc un peu d’engouement après une fin d’année 2016 compliquée. Les domaines ne sont cependant pas totalement ouverts. Le point pour ce week-end des 7 et 8 janvier sur les pistes ouvertes, sachant que les prévisions météo sont favorables la semaine prochaine.

Suite à la rencontre le 7 décembre 2016 entre les propriétaires du FC-Sochaux-Montbéliard et la DNCG (direction générale du contrôle de gestion), gendarme financier des ligues professionnelles de football,

Si les résultats sportifs sont bons en cette fin d’année, il n’en est pas de même sur le plan extra sportif. Entretien avec la DNCG (Direction nationale du contrôle de gestion), chute en bourse de l’entreprise propriétaire, fin des aides de PSA… Le point.

Le FC Sochaux Montbéliard s’est imposé contre l’Olympique de Marseille le 13 décembre en 8e de finale de la Coupe de la Ligue. Les deux équipes, à égalité au bout de 90 minutes, ont dû se départager aux tirs au but. 

Inscrivez-vous à notre Newsletter !

Entrée non valide

Suivez nous !

 

Annonceur

Annonceur Packsweb

Création de site internet