Belfort: les trois points à retenir du budget de la ville (© My Aire Urbaine : Simon Vermot Desroches)

Belfort: les trois points à retenir du budget de la ville

Le budget de la ville de Belfort a été adopté le mercredi 14 février au conseil municipal. Dette, investissements, dotations, My Aire Urbaine fait le bilan.

Dette stable, dépenses de fonctionnement en baisse

La majorité Les Républicains du conseil municipal s’est félicitée d’« une bonne gestion » de la ville. Malgré une baisse des dotations de l’État (400 000 € pour le budget 2018), les taux d'imposition fixés par la mairie pour les taxes d’habitation et de foncier bâti et non bâti ne bougeront pas. Les dépenses de fonctionnement baissent de 1,2 million d’euros, pour arriver à 62 millions d’euros. En cause: des économies sur le personnel, mais aussi le passage de plusieurs dotations de la ville au Grand Belfort pour 750 000 € (Granit, Viadanse ou Territoire de Musique notamment). La dette se stabilise autour de 69 millions d’euros, ce qui n’a pas manqué de faire réagir l’opposition: « Vous disiez en arrivant que la situation était catastrophique avec 71 millions d’euros de dette, et vous allez faire pire », sourit Samia Jabber, élue PS. Damien Meslot explique alors que la baisse des dotations de l’État « qui représente 10 millions d’euros depuis le début du mandat » est en grande partie la cause de la stagnation de la dette.

Investissement et dotation

En tête des grands investissements pour l’année 2018, l’aménagement des berges de la Savoureuse et ses 2,3 millions d’euros. Le transfert de la police municipale des 4 As vers l’hôtel du gouverneur en vieille-ville coûtera 1,3 million d’euros. Deux projets « inutiles et coûteux » pour l’opposition. Si la majorité s’en tient à son programme pour les berges, le transfert de la police municipale est devenu pour Sébastien Vivot, premier adjoint en charge des finances « très urgent. J'aurais dû vous ramener les photos du poste de police municipale dans lequel un mur est totalement trempé suite à un dégât des eaux. »

À noter, le report pour l’année prochaine du budget pour la rénovation de l’école Rucklin qui agite les débats depuis une vingtaine d’années, et qui l’agitera donc une année de plus. Côté subventions, ce sont 3,6 millions d’euros qui sont donnés notamment aux associations sportives, sociétales, culturelles de la ville. En tout, ce sont près de 16 millions d'euros qui sont budgétés pour les investissements. 

La bibliothèque municipale: prix doublé, dotation diminuée par deux

« La médiathèque est l’une des grandes victimes de votre budget », déplore Bastien Faudot (MRC). D'abord, l’inscription pour l’année est passée de 5,30 à 10 €. « Sur une année, 10 euros pour profiter de tous les livres, les films et la musique de la médiathèque, ça me semble très raisonnable », assure Damien Meslot. Mais dans le même temps, et c’est ce qui fait bondir l’opposition, le budget alloué à l’achat de nouveaux livres passe de 140 000 à 67 000 €. « Les Belfortains paient plus pour lire moins », résume Bastien Faudot. Damien Meslot ironise pour clore le débat : « cCest vrai qu’avec 67 000 €, on ne peut acheter aucun livre », assurant que l’enveloppe restait « importante et suffisante ».

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.