Mathilde Nassar et Bernard Camboulives, se sont fait les porte-parole du collectif. Mathilde Nassar et Bernard Camboulives, se sont fait les porte-parole du collectif. (© My AIre Urbaine : Simon Vermot Desroches)

Bibliothèque: manifestation au conseil municipal de Belfort

Une trentaine de personnes étaient présentes le jeudi 31 mai lors du conseil municipal de Belfort, pour exprimer aux élus leur mécontentement face à la réduction de budget d’acquisition de la bibliothèque municipale.

L’art d’avoir toujours raison, un livre d’Arthur Schopenhauer ne pourra peut-être pas être acheté par la bibliothèque municipale de Belfort cette année. Pourtant, son contenu pourrait résumer la passe d’armes du 31 mai au conseil municipal, entre le collectif Culture pour tous à Belfort et le maire de la ville.
En février dernier les élus de la majorité ont approuvé une baisse de dotation de la bibliothèque. De 140 000 €, elle passe à 67 000 €. Dans le même temps, le prix de l’inscription passe de 5,30 € à 10 € à l’année.
Après avoir lancé une pétition qui rassemble près de 4000 personnes, le collectif Culture pour tous à Belfort s’est donc rassemblé au conseil municipal de la ville. En tout, une trentaine de personnes qui avaient déployé banderoles et pancartes expliquant « l’incompréhension autour de cette mesure », et l’intérêt de « ce bien commun, espace populaire de citoyenneté, de sociabilité et de culture publique ».
De son côté, Damien Meslot s’est attaché à réduire la manifestation à une manœuvre politique du parti communiste belfortain, avec à l’appui un mail envoyé par le parti à ses adhérents, leur demandant d’être présents ce jeudi soir. L'ancien président du département Christian Proust a également pris part à la manifestation. 

Un contre-argumentaire à  « La vérité »

Très vite, le débat se tourne vers le récent tract communiqué par un « comité de soutien » à l’action de Damien Meslot. Intitulé « La vérité » (titre qui n'est pas sans rappeler La Pravda en URSS), le tract donne des chiffres pour mettre en avant la bonne santé de la bibliothèque. Les « manifestants » dénoncent des chiffres « faux » et Mathilde Nassar, ancienne directrice adjointe de la bibliothèque oppose ses arguments à « la vérité » du maire belfortain.
Ainsi, la recommandation du ministère de la culture d'investir 2 € par habitant dans les livres (donc plus de 100 000 euros à Belfort) à laquelle le maire s’est engagé dans son tract, ne « prend pas en compte l’ensemble des supports (CD, DVD, ressources numériques, NDLR), et la part des livres et abonnements représente seulement 62 000 euros », soit 1,2 euro par habitant. 240 000 livres à la bibliothèque ? « Seule la moitié, soit 130 000 peut être emprunté, le reste relevant du patrimoine et de la conservation », poursuit Mathilde Nassar.
Les préconisations du ministère de la Culture recommandent également 10 % de renouvellement des livres par an ? « Cette année, la bibliothèque ne pourra acheter que 4000 livres, soit un renouvellement de 3 % », assure Mathilde Nassar. Une argumentation ad hominem, digne de l’ouvrage du philosophe allemand.

Dernier chapitre : invective et menace 

En face, la réponse se fait sèche. « Il y a assez de livres. Nous en avons plus dans notre bibliothèque que dans celle de Besançon », explique le maire de Belfort. « C’est faux », s’écrie un membre de l’association. « Écoutez, je vous ai laissé parler, laissez moi m’exprimer. Vous n’arrivez pas à accepter la démocratie, nous ne sommes pas en Corée du Nord ou en URSS », peste Damien Meslot, revenant une nouvelle fois sur le caractère politique de la manifestation et ajoutant : « Vous faites de l’agitation politique ».
Le débat se clôturera par un rappel de Damien Meslot à l’ancienne adjointe à la bibliothèque : « Vous avez un devoir de réserve, j’en avertirai votre conseil d’administration ».
« Très classe ! Ils savent très bien ce que je fais », lui répondra la jeune femme.

Dans, L’art d’avoir toujours raison les dernières solutions pour quelqu'un à court d'argument sont de fâcher l’adversaire, de faire diversion et, pour finir, d'être insultant. Exercice pratique jeudi soir au dernier conseil municipal ?

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.