Belfort : les élus d’opposition veulent conserver le mérite de l'aide aux associations

L’attribution des subventions aux associations a créé un tollé en conseil départemental ce jeudi 14 juin.  En s’appropriant les mérites des attributions, la présidence s’est attiré la foudre des élus d’opposition.

C’était la dernière chose que les élus d’opposition au Département du Territoire de Belfort pouvaient se vanter de faire: les dotations aux associations. Dans leur canton, chaque duo d’élus a rencontré les associations de son secteur, revu leurs actions, choisi des bénéficiaires, mais au moment de l’attribution, c’est bien la majorité qui en a récupéré les crédits, comme en témoigne cette lettre distribuée par Christophe Grudler, dans laquelle le président écrit directement aux associations les informant que « sur ma proposition, la commission permanente du conseil départemental vous a attribué une subvention d’un montant de... »

Cette façon de faire reste en travers de la gorge des élus des cantons en question: « C'est la seule chose que l’on fait », assure Sylvie Rigenbach, élue du canton de Giromagny. « Nous conduisons la politique du Département sur notre canton, nous avons été élus et nous n’avons pas moins de légitimité que vous », poursuit Christophe Grudler, élu MoDem dans un canton de Belfort. Une opposition qui s’est fait voler son moment de gloire annuelle et qui accuse donc la majorité de manœuvre politique.

Et difficile pour l'opposition de ne pas y voir une manœuvre politique. En s’attribuant les mérites de ces attributions, la majorité s’exprime sur des terres dans lesquels leurs candidats ont perdu. Pourtant, on assure avoir voulu jouer la carte de l’associatif, en réunissant « toutes les associations de Belfort pour leur donner leurs subventions et permettre ainsi un moment de rencontre très enrichissant », explique Marie-Hélène Ivol, première vice-présidente du Département. La scène se terminera en brouhaha, où les accusations de « dictature au Département » se mêlent aux hurlements pour un retour au calme, comparable à ce qui peut se voir en cette période de Coupe du monde.
Le président Florian Bouquet jouera finalement la police de l’assemblée pour un retour au calme.

On gardera à l’esprit que plusieurs dizaines d’associations sont heureuses de recevoir des aides, plutôt que le mécontentement des élus...

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.