Belfort: des nouveautés pour aider le commerce de centre-ville (© My Aire Urbaine - Simon Vermot Desroches)

Belfort: des nouveautés pour aider le commerce de centre-ville

Une société d’économie mixte va être lancée pour gérer les locaux des petits commerces pour le centre-ville de Belfort. Elle a vocation à s’étendre à tout le Territoire de Belfort.

Les élus du Grand Belfort ont annoncé la création d’une société d’économie mixte (SEM) dédiée aux commerces de centre-ville. Cette SEM a d’abord pour ambition de coordonner l’Action Coeur de Ville, projet gouvernemental qui dédie 5 milliards d’euros pour redynamiser les centre-villes de 222 villes de taille moyenne en France (dont Belfort et Montbéliard). L’objectif est simple « faire de cette SEM, le TanDem du petit commerce », a assuré Damien Meslot en conseil d’agglomération, en faisant allusion à la société d'économie mixte qui gère notamment le Techn'Hom. TanDem (ex Sempat), est également une SEM, mais spécialisée dans l’immobilier pour les entreprises. « Nous devons profiter de l’expertise de TanDem pour aider le petit commerce », poursuit le maire de Belfort.

Louer des fonds de commerces à des prix attractifs, accueillir de nouveaux concepts commerciaux, démarcher des enseignes: voici les quelques premières responsabilités qu'aura cette SEM. Avec ce nouvel outil, les élus espèrent endiguer les problèmes de vacance des commerces en centre-ville, de Belfort, mais aussi dans tout le département. En effet, les plus petites communes pourront également bénéficier de cette société d’économie mixte. « Nous avons envoyé une demande aux communautés de communes des Vosges du sud et du Sud Territoire, et s’ils sont intéressés, alors elle pourra intervenir sur tout le Territoire », assure Damien Meslot.

Pour le moment, TanDem et la SODEB, qui gère les parcs d’activités, sont les premiers investisseurs connus pour cette SEM. Nul doute, que les communautés de communes et d’agglomération ou la mairie de Belfort seront aussi de la partie, tout comme la CCI du département « qui a montré un intérêt particulier », affirme Damien Meslot.

La tâche ne s’annonce pas facile pour cette SEM. Christophe Grudler, conseiller départemental MoDem, avait d’ailleurs pointé du doigt lors du dernier conseil départemental « les possibles difficultés financières dont sont victimes ces types de SEM ». Car plusieurs exemples existent, mais sont souvent liés à la création d’équipements publics (Dijon) ou la rénovation de quartiers tout entier (Bordeaux). Une initiative qu’il faudra donc voir en grand pour qu’elle ait un réel impact sur le commerce de proximité, d’abord à Belfort, et ensuite à l’échelle du département.

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.