General Electric: une partie de l’amende promise pour Belfort et les sous-traitants (My Aire Urbaine : Thibault Quartier)

General Electric: une partie de l’amende promise pour Belfort et les sous-traitants

Les élus du Territoire de Belfort ont rencontré ce 25 juillet le ministre de l’Économie Bruno Le Maire. Il semblerait qu’une partie des compensations financières payées par General Electric soit redirigée vers Belfort et l’activité des sous-traitants.

Ils se sont déplacés en groupe pour rencontrer le ministre de l’Économie français. Le sénateur Cédric Perrin, les députés Ian Boucard et Michel Zumkeller, le président du Département Florian Bouquet et Damien Meslot maire de Belfort ont fait le déplacement jusqu’à Bercy pour évoquer le sujet ô combien important de General Electric.

D’après le communiqué publié après cette rencontre, les élus ont « fait part de leurs inquiétudes » et auraient eu quelques garanties notamment autour de l’amende que risque le groupe américain. Une partie de cette amende devrait être « redéployée sur Belfort afin de diversifier les activités industrielles du Territoire » et une autre « servirait à développer une nouvelle offre de formation et pourra être déployée pour aider les sous-traitants. »
En effet, lors de l’acquisition de la branche énergie d’Alstom, GE avait promis la création de 1000 emplois. Chaque emploi manquant conduira à une amende de 50 000 euros, soit une somme estimé aujourd’hui à environ 34 millions d’euros, puisque le nombre d’emplois créés est estimé à environ 350. Cependant, des doutes existent sur la capacité de l’État français à faire payer le groupe américain comme l’expliquaient il y a quelques mois les syndicats.

"S'il y a une éventuelle compensation, le montant devrait servir aux bassins d'emplois touchés, dont fait partie Belfort. Le ministre a aussi appelé les élus à travailler sur la méthode et les projets pour recréer des emplois industriels de qualité", a-t-on indiqué dans l'entourage du ministre Bruno Le Maire. Si le montant d'éventuelles compensations financières à payer est encore loin d'être déterminé, "il est important que le principe soit acté" selon lequel l'argent versé par GE à l'Etat sera réutilisé pour dynamiser l'activité industrielle du Territoire de Belfort, a indiqué Cédric Perrin.
Outre l'usine historique d'Alstom, Belfort compte aussi une usine de GE et "la finalité est de conserver GE chez nous", a aussi souligné le sénateur.
Bruno Le Maire devrait rencontrer le patron de GE John Flannery en octobre. Il devrait se rendre sur le site belfortain de General Electric d’ici la fin de l’année , afin de rencontrer les salariés et les organisations syndicales.

(avec AFP)

 

 

 

 

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.