Le niveau de la Savoureuse, ici à Danjoutin, est inquiétant pour un mois de septembre. Le niveau de la Savoureuse, ici à Danjoutin, est inquiétant pour un mois de septembre. ( © My AIre Urbaine : Simon Vermot Desroches)

Le Territoire à sec, le Territoire en crise

Avec le passage au niveau 3, la sécheresse passe le Territoire de Belfort en état de crise. Un niveau inédit qui témoigne de la gravité de la situation après un été particulièrement chaud et sec.

Niveau de crise, gravité inédite, il semblerait bien que les niveaux d’eau atteints lors de cet été 2018 dans le Territoire de Belfort soient bien inquiétants. « Des épisodes de sécheresse ont pu être rencontrés ces dernières années, sans pour autant jamais atteindre le niveau critique actuel », a assuré la préfète, Sophie Élizeon.
Par conséquent, les mesures de restrictions de l’usage de l’eau sont à leur plus haut niveau depuis un peu plus d’une semaine. Sophie Élizeon, appelle « l’ensemble des usagers de l’eau et, notamment la population, à adopter un comportement citoyen en réduisant les utilisations de l’eau qui ne sont pas indispensables, afin de préserver la ressource en eau et particulièrement les débits des cours d’eau ».

Rivière et réserves, rien n’est épargné

Les réserves en eau potable sont fragilisées. L’agglomération belfortaine a un besoin journalier de 12 000 m³ d’eau par jour, dont 70 % sont fournis aujourd’hui par le Doubs, dont les niveaux d’eau sont également critiques. La station de Sermamagny ne peut pas prélever plus de 3500 m³ par jour, bas, alors qu’elle peut aller jusqu’à 5000m³/j en temps normal. Pourtant, les réserves en eaux étaient assez importantes au début de l’été, avec un hiver particulièrement pluvieux en plaine et neigeux en altitude.
Ce phénomène s’explique par plusieurs facteurs. D’abord par les limites des réserves en sous-sol. Le Territoire de Belfort, au vu de sa population, ne possède pas de réserves d’eaux très importantes et doit régulièrement faire venir du Doubs ou de la Haute-Saône une partie de sa consommation. Ensuite, l’absence de cours d’eau dit de régime fluvial. Dans le département, l’eau circule avec une vitesse de courant importante ce qui empêche d’importants niveaux dans les rivières. Enfin, la consommation humaine a parfois été excessive au cours des derniers mois.

La situation devrait perdurer: aucune précipitation significative n'est annoncée dans les dix prochaines jours.

Lors de sa conférence de presse de rentrée, Florian Bouquet, président du conseil départemental du Territoire de Belfort, a annoncé son souhait de venir en aide aux quelque 150 agriculteurs du département. Il proposera lors de la prochaine assemblée de mettre en place une aide à l'achat de fourrage. Les agriculteurs puisent depuis trois semaine dans les réserves normalement prévues pour l'hiver a-t-il affirmé. Le besoin est évalué à environ 300 tonnes de fourrage. Les contours de la mesure seront affinés dans les prochains jours: Florian Bouquet veut éviter tout effet pervers sur le prix du fourrage.

Le Doubs lui aussi en risque

À Belfort, la Savoureuse affiche un débit de 209 litres par seconde, contre 1500 l/s un mois de septembre lambda et contre 7000 l/s en moyenne en janvier. De nombreux cours d’eau connaissent des ruptures d’écoulement sur de longues distances. Dans le Doubs, le constat est le même : « Ce n'est plus une rivière, c'est un nouveau chemin de randonnée ! » Depuis un mois, les curieux se promènent dans le lit totalement asséché du Doubs, entre Arçon et Morteau, deux communes distantes d'une vingtaine de kilomètres. Dans cette région, la rivière a complètement disparu et la vallée a pris des airs de canyon. Des poissons morts gisent sur les pierres et le sol craquelé.

Inédite, cette situation devrait se réitérer dans les 30 prochaines années, comme nous l’avait expliqué un météorologue au cours de l’été.

(Avec AFP)

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.