Les tours des Résidences des 1 et 2, rue Dorey et du 9, rue de Zaporojie vont être détruites. Les tours des Résidences des 1 et 2, rue Dorey et du 9, rue de Zaporojie vont être détruites. (© My Aire Urbaine : Simon Vermot Desroches)

Belfort : trois tours bientôt démolies aux Résidences

Elles vont disparaître du paysage en 2019 : les tours des 1 et 2, rue Dorey et du 9, rue de Zaporojie vont être détruites, comme l'ont été des immeubles des Glacis voici quelques années ou, plus anciennement, les barres de la rue de Bruxelles et de « La Locomotive ».

La tendance des années soixante à construire d'immenses immeubles pour accueillir des centaines de familles est désormais inversée : au lieu de construire, on détruit, au bénéfice d'immeubles à taille plus humaine, avec l'espoir qu'une moindre concentration aura des effets vertueux sur les problèmes sociaux. Florian Bouquet, président du conseil départemental, mais aussi président de l'office HLM du Territoire (Territoire Habitat), a annoncé lors de sa conférence de presse de rentrée de ce lundi 10 septembre la destruction, en 2019, des tours des 1 et 2 rue Dorey, et du 9 rue de Zaporojie, dans le quartier des Résidences. Des immeubles d'ors et déjà sans locataires : leur démolition était annoncée, mais on passe à la phase active, puisque les appels d'offres viennent d'être lancés. 
Ces démolitions représentent 225 logements, auxquels s'ajouteront 52 logements rue Renoir, à Offemont.

Des constructions malgré la baisse des APL

Côté rénovations, Florian Bouquet annonce 278 logements réhabilités pour 5 470 000 euros en 2018 et la perspective de 122 logements en 2019, pour un montant de 6 633 000 euros.
Et côté constructions, 33 logements en 2018 (6 390 000 euros) et 54 annoncés pour 2019 (pour plus de 8 millions d'euros). Pour autant, le président du Département et de Territoire Habitat dénonce toujours la baisse des APL et ses conséquences sur le logement social, qu'il n'hésite pas à qualifier de « spoliation » par l'État. Il estime que les conséquences s'en feront sentir surtout à partir de 2021, avec des comptes de Territoire Habitat qu'il redoute de voir alors passer dans le rouge.

Pierre-Yves Ratti

La force tranquille. Sa capacité de recul aurait pu en faire un tireur sportif, mais ce sont les lecteurs de l'Aire urbaine qui vont apprécier sa précision.