Le Territoire de Belfort n'est « pas à l’abri de coupure d’eau » (Arcaion, CC0 Creative Commons)

Le Territoire de Belfort n'est « pas à l’abri de coupure d’eau »

La sécheresse continue de fortement détériorer les ressources en eaux de l’Aire urbaine. Sans précipitations dans les prochaines semaines, les mesures pourraient être drastiques.

En parallèle de sa visite à l’usine Hendrickson de Châtenois-les-Forges pour un contrôle de l’utilisation de l’eau, la préfète du Territoire de Belfort, Sophie Elizéon a tenu à réaffirmer « la situation critique dans laquelle nous sommes » concernant l’eau dans le Territoire. « Nous ne sommes pas à l’abri de coupures d’eau potable », a même insisté la préfète.
Et pour cause, la majorité de l’eau potable qui coule des robinets du département provient de Mathay, dans le Doubs. Si la commune est toujours à l’échelon numéro 2, la préfecture du Doubs a tout de même fait passer 133 communes en alerte crise sécheresse.

Depuis le 1er septembre, il est tombé 5 millimètres d’eau dans le Territoire, et Claire Herzog du service eau et environnement de la DDT constate que « les taux d’humidité des sols sont catastrophiques ». Si les précipitations devaient arriver prochainement, la région n’étant pas habituée à des automnes et des hivers très secs, des questions se posent dès aujourd’hui pour l’année prochaine.
« Il y a une véritable réflexion à avoir. En ce moment nous aggravons notre situation pour l’année prochaine », assure la préfète. Et si le manque de communication autour de cet état de gravité a été abordé, la préfète a tout de même tenu à saluer les efforts des Terrifortains, puisque la rentrée n’a pas provoqué une hausse de la consommation comme à son habitude.

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.