Le Techn'hom est l'une des plus grandes réussites de Tandem. Le Techn'hom est l'une des plus grandes réussites de Tandem. (My Aire Urbaine - SImon Vermot Desroches)

Belfort: Tandem, en bonne santé, mais dépendante de General Electric

Tandem, la société immobilière du Territoire de Belfort, créée pour accompagner le reconversion industrielle du territoire, fait ses comptes. Et si tous les voyants sont au vert pour la Cour régionale des comptes, la société reste dépendante de General Electric et des collectivités, pour le moment.

Évaluée par la Cour des comptes de Bourgogne-Franche-Comté, la société d’économie mixte Tandem « se porte bien », selon Damien Meslot, président du Grand Belfort, premier actionnaire de la société. La Cour des comptes a salué le travail de Tandem qui a permis, notamment via le Techn’hom de conserver une activité et un nombre important d’emplois à Belfort, ainsi que ses évolutions en termes d’organisation et de gouvernance.

Une véritable réussite donc ? La Cour des comptes pointe tout de même une situation financière contrastée, due à son taux d’endettement et à sa faible capitalisation, mais aussi sa dépendance au groupe General Electric.

70 % de son chiffre d’affaires lié à General Electric et ses sous-traitants

L’une des principales interrogations de la Cour des comptes est le besoin de diversification : General Electric et les entreprises sous-traitantes représentent 70 % du chiffre d’affaires de Tandem. GE est aussi la plus grande garantie de la société, puisque la société vient de prolonger son bail jusqu’en 2035 pour un montant avoisinant les 200 millions d’euros, « un gage de stabilité très appréciable dans un contexte économique (…) défavorable à l’industrie », assure la Cour des comptes. Pourtant, aux vues des difficultés du géant américain et du traitement réservé à ses sous-traitants, difficile de voir un réel développement de l’activité de General Electric dans le Territoire de Belfort à moyen terme. La JonXion, l’une des tentatives de diversification, n’offre pas « de perspective concrète d’un retour sur investissement à court ou moyen terme », assure le rapport. Nouvelle preuve de l’importance de GE dans le département.

Un endettement important, mais des perspectives favorables

Avec 113 millions d’euros de dette pour 44 millions d’euros de capitaux propres, la Cour des comptes observe une « autonomie financière faible », puisque le ratio reste sous les 40 % de fonds propres et la dette est inférieure à 50 %. C’est notamment avec le rachat des locaux Alstom que la dette a explosé pour Tandem, passant d’une dizaine de millions d’euros en 2000 à 120 millions en 2010. Ces prêts sont principalement garantis par le Département et le Grand Belfort, sous forme de garanties de loyers ou d’hypothèques. Pourtant, ce recours se fait de plus en plus rare. Tandem cherche ainsi à éviter de solliciter les collectivités territoriales, qui participent déjà aux augmentations de capital de la société d'économie mixte. Ces prêts devraient être soldés d’ici 2027 et « le risque pour l’une de ces collectivités de voir ses garanties mises en jeu apparaît faible ».

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.