La scène de l'Arsenal lors d'une édition du Fimu. La scène de l'Arsenal lors d'une édition du Fimu. (Fimu)

Fimu 2019: le piano à l’honneur et André Manoukian comme parrain

La 33e édition du Fimu se déroulera du 6 au 10 juin 2019; elle mettra à l’honneur le piano et sera parrainée par André Manoukian. Un duo complètement adapté aux principes du festival.

135 000 spectateurs, 1800 musiciens, 102 groupes… les chiffres records de l’édition 2018 donnent un aperçu de la nouvelle dimension prise par festival international de musique universitaire de Belfort. Et à peine l’édition 2018 digérée, il faut prévoir celle de 2019. « On ne réduira pas la voilure », a assuré Damien Meslot, le maire de Belfort, et on peut donc s’attendre à une édition 2019 aussi belle que la précédente.
L’appel aux candidatures est ouvert depuis le 8 octobre et ces inscriptions se font sur le site du festival. Diversité dans la musique, dans les pays d’origine, dans les styles… une diversité que l’on retrouve dans le choix de l’instrument à l’honneur, le piano, et celui du parrain de l’édition André Manoukian, auteur-compositeur né à Lyon, qui participe à La Nouvelle Star, sur M6.

L’instrument de l’année, le piano

« On remarque qu’après chaque édition du Fimu, l’instrument mis à l’honneur est plus courtisé au conservatoire de Belfort », sourit le maire de la ville. Et cette année, ils seront donc plus nombreux à s’inscrire aux cours de piano! On en serait presque surpris qu’il n'ait été mis à l’honneur plus tôt, tant il s’accorde avec le concept du Fimu. Que ce soit en musique classique, dans le jazz, le blues, le rap, ou encore le tango le piano sera dégusté à toutes les sauces lors de ces quatre jours de festivités. Faire découvrir toutes les facettes de l’instrument, c'est un challenge pour la direction, mais qui ne sera pas le seul: on ne déplace pas un piano comme cela entre deux concerts ! Mathieu Spiegel, directeur du festival, concède que ce sera « un challenge technique particulièrement intéressant ». 

Le parrain, André Manoukian

André Manoukian, « Ça fait rêver ! » Mathieu Spiegel n’aurait semble-t-il pas pu trouver meilleur ambassadeur pour cette édition 2019. Le Lyonnais, qui a travaillé pour les plus grands (de Charles Aznavour à Janet Jackson en passant par Natasha Atlas), a « vraiment été emballé par le principe du festival », assure la direction. Et pour cause, ce dernier a fait de la découverte de « petits groupes » le fil conducteur de ses chroniques télévisuelles ou radiophoniques. Ce qui colle parfaitement aux principes du festival. Le parrain aura droit à un concert en solo, derrière un piano et échangera également avec les élèves du conservatoire et les groupes du festival. Pour le plaisir, on vous laisse avec la vidéo du duo entre André Manoukian et le Belfortain Pihpoh, à consommer sans modération !

Media

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.