L'équipe à la tête de la préfecture du Territoire de Belfort: Hélène Dabouis, nouvelle secrétaire générale (à droite), au côté de la préfète, Sophie Elizéon et de Matthieu Blet, directeur de cabinet. L'équipe à la tête de la préfecture du Territoire de Belfort: Hélène Dabouis, nouvelle secrétaire générale (à droite), au côté de la préfète, Sophie Elizéon et de Matthieu Blet, directeur de cabinet. Copyright MyAireUrbaine - P.-Y.R.)

Elise Dabouis, nouvelle secrétaire générale de la préfecture du Territoire de Belfort

Elise Dabouis succède à Jérôme Dubreuil au poste de secrétaire général de la préfecture.

Jérôme Dubreuil a quitté samedi son bureau de secrétaire général de la préfecture du Territoire de Belfort pour le poste de sous-préfet de l'arrondissement de Saverne, dans le Bas-Rhin. Il a été aussitôt remplacé par Elise Dabouis, qui secondera donc directement Sophie Elizéon, préfète du Territoire de Belfort, avec Matthieu Blett, directeur de cabinet. La préfète du Territoire de Belfort insiste sur la notion d'équipe à la tête de la préfecture.
Élise Dabouis a débuté sa carrière professionnelle comme enseignante. Agrégée de lettres modernes, elle a enseigné tout d'abord dans la Sarthe, puis en région parisienne, en Alsace et enfin en Allemagne, en Bavière (elle est d'ailleurs licenciée en allemand).

« J'ai prêché la curiosité à mes élèves et je me suis appliqué cette curiosité à moi-même », explique-t-elle. En 2009, à l'âge de 35 ans (elle est née en 1974 à Caen, dans le Calvados), elle se présente au concours de l'ENA. A la sortie de la prestigieuse école d'administration, elle entame « une deuxième vie professionnelle », comme magistrate au tribunal administratif de Montpellier. Fonction qui lui a donné envie comprendre « dans quel contexte sont prises les décisions » pour lesquelles le tribunal administratif peut être saisi.
Elle a donc intégré le corps préfectoral en août 2016, en Charente-Maritime, comme sous-préfète de l'arrondissement de Jonzac. Belfort est sa deuxième affectation en tant que sous-préfète ; à ce titre, elle prendra en charge plus particulièrement les politiques publiques et les contrôles de légalité. Elle sera donc un interlocuteur privilégier des collectivités locales. Elle a d'ailleurs d'ors et déjà commencé à s'approprier des dossiers tels que l'Aéroparc de Fontaine, l'aménagement du Ballon d'Alsace ou la gestion de l'eau.

Pierre-Yves Ratti

La force tranquille. Sa capacité de recul aurait pu en faire un tireur sportif, mais ce sont les lecteurs de l'Aire urbaine qui vont apprécier sa précision.