La vue du futur projet depuis le début de l'avenue Jean-Jaurès. La vue du futur projet depuis le début de l'avenue Jean-Jaurès. (Atelier d'architecture Alain Calmus)

Belfort: des arbres et des logements pour le site de l’ancien hôpital

Présentation du projet de logements qui prendra place au début de l’avenue Jean-Jaurès, à la place de l’ancien hôpital de Belfort. Situés en bordure du square Lechten, ces logements devraient remettre un peu de végétation dans le centre-ville de Belfort tout en proposant une offre pertinente de logements. Décryptage.

« C’est le plus gros projet que j’ai pu réaliser, c’est un vrai morceau de ville. » Architecte à Belfort depuis de nombreuses années, Alain Calmus et son équipe sont chargés de réaliser les 91 logements qui prendront place sur une partie de la zone laissée libre après la démolition de l’ancien hôpital. Toits et façades végétalisés, longs balcons, espaces verts et nom évocateur avec Les Jardins du Square. Le projet veut remettre un peu de végétation et d’espace dans le centre-ville de Belfort et intégrer ces logements au square Lechten, qui borde les futures constructions.

 

 

Végétaliser le centre-ville

En tout, ce sont six bâtiments qui verront le jour entre 2019 et 2020. Un choix du cabinet d’architecture par rapport au projet initial de la Ville, afin d’ouvrir des axes de déambulation et de vues sur le square. Une importance de l’extérieur qui se retrouve également dans la conception des appartements, puisque 40 % de la surface d’un logement sera une terrasse. Un choix « particulièrement pertinent, d’abord du fait de l’exposition plein sud, mais aussi par la vue sur le square qu’elles offrent pour les bâtiments en lisière de ce dernier », assure Alain Calmus.

Pour ne pas donner un effet de bloc en béton posé à côté du square, un mur végétalisé et des bacs pré-végétalisés seront livrés dès l’installation. « Un système d’irrigation automatique avec récupération de l’eau de pluie permettra d’offrir une continuité naturelle », explique Laurent Tonelli, l’un des promoteurs. Si ce mur végétalisé rend toujours très bien sur les photos de projet, les locataires n’auront pas le choix de prendre soin des bacs qui orneront leurs terrasses, puisqu’en cas de non-respect, de l’unité de la façade, « le cabinet de syndic aura la possibilité d’intervenir et de facturer cela au propriétaire », poursuit le promoteur avant de conclure : « C’est un cas assez exceptionnel. »

« C’est comme si on construisait dans le square »

Un parking sous-terrain de 147 places permettra d’éviter la présence d'un immense parking en surface et il sera recouvert d’un espace vert. Plusieurs zones du parking seront également remplies de terre, pour éviter une bétonisation complète et permettre à l’eau d’aller dans la terre tout en permettant de planter quelques arbres. De même, la végétalisation des toits favorisera une meilleure isolation des bâtiments. « Avec le parc très végétalisé et ses axes de balades, c’est comme si on construisait dans le square », souligne Alain Calmus, visiblement ravi de son projet. L'architecte est d’ailleurs également en charge d’un projet d’extension du square.

Du F1 au F7, il y en aura pour toutes les tailles et tous les goûts dans ces 91 logements, même si l’accent a été mis sur les logements de grandes tailles, afin « d’avoir en ville une offre d’appartements qui peut concurrencer une maison individuelle », assure l’architecte. Une offre qui plaît, selon Laurent Tonelli, qui assure « que plusieurs logements ont déjà trouvé preneurs, alors que la première campagne de publicité ne commencera que dans quelques mois ».

À cela s’ajoutent des locaux professionnels, un de 250 m² et trois plus petit, « idéalement pour des professions de santé avec cet avantage d’être de plain-pied et à côté de l’avenue Jean-Jaurès », souligne le promoteur.

L’autre versant du projet de construction sur la ZAC de l’hôpital, qui concerne des résidences seniors, sera présenté en grande pompe par la municipalité, ce jeudi 15 novembre à la maison du peuple.

 

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.