Belfort : les chiffres clés du budget 2019 (My Aire Urbaine - Simon Vermot Desroches)

Belfort : les chiffres clés du budget 2019

Dette, investissements, dépenses... le budget 2019 de la Ville de Belfort a été abordé pour la première fois dans le cadre du débat d’orientations budgétaires lors du conseil municipal du 8 novembre. Les trois points à retenir.

43 millions d'euros de rentrées fiscales

C'était une promesse de campagne de Damien Meslot en 2014. Les taux d’imposition n’ont toujours pas bougé depuis l’arrivée à l'hôtel de ville de l’ancien député. Les impôts augmenteront tout de même puisque les bases, fixées par l’État, devraient augmenter. C’est d’ailleurs grâce à ces bases que la Ville parvient à augmenter ses recettes. Entre taxe d’habitation, taxe foncière et taxe sur le foncier non-bâti, la mairie a estimé les recettes fiscales de la collectivité pour 2019 à plus de 43 millions d’euros. Les taux d’imposition sont en-dessous des moyennes observées dans les villes de la même strate que Belfort. Du côté des dépenses de fonctionnement, 37 des 62 millions seront réservés aux dépenses en personnel. Des dépenses stabilisées, même si Samia Jaber, élue socialiste d’opposition, a tenu à signaler « une baisse drastique du nombre d’employés avant 2016 » ainsi que « l’explosion du nombre de policiers municipaux, passé de 11 à 33 ».

700 000 euros pour le site de l'ancien hôpital

Du côté des projets, la continuité est à l’honneur. Ainsi, la mairie continue de financer le nouveau quartier de la ZAC de l’hôpital, avec un quartier d’habitations, ainsi que des résidences seniors pour un montant de 700 000 euros cette année. Autre projet de l’équipe municipale : la rénovation de l’hôtel du gouverneur, où seront installés la police municipale et l’office de tourisme en début d’année. La fin des travaux coûtera 900 000 euros à la municipalité. La bibliothèque municipale de la Clé des champs, située aux Résidences, devrait s’agrandir pour un montant initialement prévu aux alentours de 1,9 million d’euros. Cependant, ce dossier est en cours de finalisation et ce crédit n’est pas encore définitif. Enfin, les projets de l’école Rucklin et de l’action Coeur de ville pour revitaliser le centre-ville, devraient eux aussi faire partie des investissements de l’année 2019. Bastien Faudot, élu MRC d’opposition, a de son coté pointé du doigt un « manque de vision politique » et a comparé la ville à « un village, certes un gros village, mais avec des ambitions de village ». De son côté, Damien Meslot a insisté sur les baisses de dotations. « Largement compensées par d’autres dotations », a répondu l’opposition.

70 millions d'euros de dette

Comme d’habitude, la dette a été l’un des angles d’attaque de l’opposition. Avec une dette qui devrait atteindre près de 70 millions d’euros, deux millions de moins que ce qu’avait récupéré Damien Meslot de la précédente mandature. Une « amélioration de la situation économique de la Ville », assure le maire, « loin du scénario catastrophe que vous annoncez année après année », tance-t-il en s'adressant à l’opposition, qui, de son coté, note « un manque cruel de projets et une situation au même niveau qu’au début du mandat». « Plus vous parlez, moins vous en faites », assure Bastien Faudot.

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.