La crèche des Petits Peut-on est située juste à coté du projet de supermarché. La crèche des Petits Peut-on est située juste à coté du projet de supermarché. (Google View)

À La Méchelle, le futur Intermarché inquiète les parents d'une crèche voisine

La construction éventuelle d’un centre commercial à la place du stade de La Méchelle, rue de Vesoul et à proximité du centre socio-culturel Benoît-Frachon, inquiète des parents dont la crèche est située à quelques mètres du futur parking. Le point.

Annoncé lors du dernier conseil municipal, le projet de création d’un supermarché à la place de l’actuel stade de la Méchelle inquiète une structure associative située à quelques mètres du stade, la crèche des Petits Peut-on. « Notre cour donne directement sur le stade. Un supermarché, c’est du passage, de la pollution. On aimerait avoir un air sain pour les enfants, déjà que nous sommes pas très loin d’Alstom... » déplore Carine Lacrot, directrice de ce multi-accueil parental. Cette proximité avec GE et Alstom doit justement garantir de nombreux clients à l’enseigne. Si, pour le moment, le projet n’est qu’à l’étape d’ébauche, la majorité municipale a voté un accord de vente du terrain de 16 000 m² à l'enseigne Intermarché, pour un montant avoisinant le million d’euros. « Un supermarché de proximité sans galeries marchandes qui créera quarante emplois », a annoncé lors du conseil municipal le maire Damien Meslot. En lieu et place d’un « stade de foot qui n’est plus utilisé par aucun club belfortain et qui est dans un très mauvais état », se justifie-t-il.

La crèche semble avoir été oubliée, puisque les parents ont appris par la presse ce projet de création d'un Intermaché. Ils ne demandent qu'à être rassurés par la mairie. « C’est beaucoup de questionnements. Nous n’avons que très peu d’informations et bien sûr, cela inquiète les parents », assure Carine Lecrot. Des parents qui sont très impliqués dans la vie de la crèche puisqu’ils participent à son fonctionnement. À tour de rôle, ils consacrent 2 heures 30 par semaine au fonctionnement de la crèche (présence auprès des enfants, intendance, ménage, courses...).

L’opposition insiste sur la disparition du stade de foot

Lors de la présentation de la mise en vente du terrain, l’opposition a choisi d’insister sur le démantèlement d’un stade de foot. « Quand chaque municipalité manque de terrains de sport, a priori la Ville de Belfort en a de trop », ironise l'écologiste René Schmitt avant d’ajouter que les projets de supermarchés « ne créent pas d’emplois, mais détruisent le petit commerce alentours ». Jaqueline Guiot (PS) aurait souhaité « un gros investissement pour permettre au stade d’être utilisé, car si aujourd’hui les clubs n’y vont plus, c’est parce qu’il est en très mauvais état ». Ian Boucard a répondu que « le stade a été laissé à l’abandon pendant trente ans », mettant donc en cause les précédentes majorités. « Personne ne veut aller sur ce stade. Les terrains en stabilisé n’intéressent plus personne », explique-t-il, en connaissance de cause, puisqu’il a longtemps été investi dans la section foot de l'ASM Belfort. La cession de ce terrain, plutôt que sa réhabilitation, reste donc une très belle opération financière, un point soulevé par Selim Guemazi (PS), lui aussi membre de l’opposition : « Vous multipliez les cessions pour ne pas augmenter les impôts. Votre motivation n’est que financière. » Quoi qu'il en soit, le projet devra être revu par la commission départementale d’aménagement commercial, présidée par le préfet. Elle validera (ou non) le projet de construction du centre commercial.

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.