Faux tracts: Christophe Grudler accuse et demande l’annulation du vote (© My Aire Urbaine : Simon Vermot Desroches)

Faux tracts: Christophe Grudler accuse et demande l’annulation du vote

Christophe Grudler, candidat déçu de la dernière élection législative dans la première circonscription du Territoire de Belfort, a décidé de faire un recours au Conseil constitutionnel pour la diffusion de faux tracts à deux jours du deuxième tour. Il accuse sans détour son opposant, Ian Boucard, nouveau député (LR), d’avoir organisé cette distribution.

Au soir de sa défaite au second tour des législatives, Christophe Grudler l’avait annoncé: il ferait un recours au Conseil constitutionnel pour la diffusion de faux tracts. Mauvais perdant ? Lui s’en dédouane immédiatement : « J’accepte de perdre une élection, mais il y a eu une manœuvre électorale; c’est interdit par la loi, et, pour moi, ce recours est un acte de démocratie ».

Rappel des faits.

Deux tracts sont distribués, mais ne proviennent d’aucun parti politique

Deux jours avant le deuxième tour, deux tracts sont distribués dans les boites aux lettres des habitants de la deuxième circonscription du Territoire de Belfort. Le premier est un prospectus aux couleurs du Front national, remerciant les électeurs du premier tour et appelant à faire barrage au mouvement La République en Marche. Le second semble venir de la France Insoumise: c’est une déclaration de Jean-Luc Mélenchon qui demande de ne pas « donner les pleins pouvoirs au parti du président ».

Deux déclarations des partis concernés font suite à cette distribution. D’abord, France Insoumise, qui publie un communiqué sur sa page Facebook: le tract qui utilisait les codes graphiques de FI n’émanait pas du parti. « Il s’agit d’une manipulation, » explique le démenti. Il rappelle également que la France Insoumise n’a donné aucune consigne de vote pour le second tour.

Deuxième déclaration: celle de Jean-Raphaël Sandri, candidat FN dans cette circonscription qui affirmait dans un communiqué adressé à la presse ne pas être à l’origine des tracts, mais ayant appelé à voter pour Ian Boucard, il en déduisait : « Il faut y voir les efforts de MM. Meslot et Boucard », avant d’ajouter ironiquement: « Je tiens à remercier MM. Meslot et Boucard de m'avoir permis par cette occasion de diffuser auprès de mes électeurs mes messages de remerciement et d'espoir concernant l'avenir ».

«On a des preuves que ce sont les équipes des Républicains qui ont déposé ces tracts »

Ce mardi 27 juin, Christophe Grudler a donc déposé un recours au Conseil constitutionnel, afin de faire annuler l’élection. « Je ne le fais pas pour moi; j’ai une vision de la vie publique et démocratique et ce n’est pas ça ! ». Au vu des éléments évoqués précédemment, il assure ainsi que « Ces tracts sont des faux ! Ils ont été créés et mis en page par ceux qui les ont diffusés ». Selon lui ce sont en tout 35000 exemplaires des deux tracts qui ont été distribués aux quatre coins de la circonscription. Il accuse sans détour ses opposants au second tour MM Boucard et Meslot. Pour étayer cette accusation, il certifie avoir des preuves: « On a des photos de gens qui déposent les tracts dans les boites aux lettres; on a des plaques d’immatriculation; on a des attestations d’une cinquantaine de personnes; on a des preuves que ce sont les équipes des Républicains qui ont déposé ces tracts ». Interrogé, Ian Boucard n'a pas voulu s'exprimer sur le sujet.

Dans le même temps, France Insoumise a porté plainte pour faux. Christophe Grudler a l’intention de porter plainte au tribunal correctionnel pour manœuvres électorales. Selon le code électoral, et l’article L97, « Ceux qui, à l'aide de fausses nouvelles, bruits calomnieux ou autres manœuvres frauduleuses, auront surpris ou détourné des suffrages, déterminé un ou plusieurs électeurs à s'abstenir de voter, seront punis d'un emprisonnement d'un an et d'une amende de 15 000 euros ». Pour lui « tous ceux qui ont déposé un faux tract dans une boite aux lettres peuvent être poursuivis en justice, ce n’est pas encore fait, mais je n’y manquerai pas »

Rendez-vous en septembre pour la décision du conseil constitutionnel.

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.