Belfort ne bénéficiera plus des renforts de l'armée dans le cadre de l'opération Sentinelle. Belfort ne bénéficiera plus des renforts de l'armée dans le cadre de l'opération Sentinelle. Neil Dewhurst (CC-BY-SA)

Belfort: le maire s'insurge contre la fin de l'opération sentinelle

Le préfet du Territoire de Belfort a annoncé au maire de Belfort, Damien Meslot, la fin imminente de l’opération Sentinelle à Belfort. Opposé à cette décision, le maire a adressé une lettre à la ministre des Armées et mobilise les élus locaux contre cette décision.

C’est inquiet, que Damien Meslot, maire de Belfort a invité la presse le samedi 22 juillet. Les forces « Sentinelles », autrement dit les forces militaires qui patrouillent dans la ville de Belfort vont disparaître de la ville. « Je l’ai appris par le préfet il y a quelques jours. On m’a dit que cela se produirait de façon imminente. Nous n’avons même pas été consultés » déclare, outré, le maire de Belfort.

« Ces dernières semaines, deux individus ont été arrêté par la DGSI, suspectés de préparer un attentat dans l’Aire urbaine. Cela prouve qu’il existe une menace. Le rôle préventif des militaires de l’opération Sentinelle est essentiel » relève Damien Meslot. Espérant maintenir les troupes dans sa ville, le maire de Belfort a adressé une lettre à la ministre des Armées, Florence Parly  rappelant les promesses de campagne du candidat Emmanuel Macron : « Le président de la République avait pris l’engagement de donner à notre armée ainsi qu’à nos services de sécurité les moyens nécessaires et je ne pourrais pas comprendre que notre président, deux mois après son élection, revienne sur cette promesse. »

Pour le maire, ceci est une première étape qui pourrait augmenter les dépenses de la municipalité : « Je vois venir le coup (ou coût, ndlr) ! On va nous demander de sécuriser nos évènements avec des sociétés privées, ce qui va considérablement augmenter nos dépenses. Dans le même temps, le gouvernement veut faire des économies sur les collectivités locales ! Petit à petit, on nous transfert les charges de sécurité qui sont pourtant une prérogative de l’Etat. » Les troupes actuellement à Belfort seraient transférées à Mulhouse. Quoiqu’il en soit, le maire de Belfort compte sur les députés récemment élus Michel Zumkeller et Ian Boucard et sur le sénateur Cédric Perrin pour maintenir l’opération Sentinelle dans la ville de Belfort.

« Nos concitoyens seront moins bien protégés. Si on me disait :« Il n’y a plus de menace terroriste », je n’aurais pas de problèmes avec cette décision. Ce n’est pas le cas et, à mon avis, c’est une très mauvaise décision, » conclut sèchement Damien Meslot.

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.