Belfort: Damien Meslot épinglé par le Canard Enchaîné (© My Aire Urbaine : Simon Vermot Desroches)

Belfort: Damien Meslot épinglé par le Canard Enchaîné

Le Canard Enchaîné épingle Damien Meslot, dans son édition du mercredi 26 juillet, sur l'augmentation de ses indemnités de maire, ainsi que d'autres élus français. Ces édiles sont d'anciens cumulards qui compensent aujourd'hui leur perte d'indemnités par la perte d'une fonction. Le journal satirique n'oublie pas de rappeler les promesses de campagne du candidat en 2014.

Au beau milieu de l'hebdomadaire satirique Le Canard Enchaîné, dans la rubrique Mare aux canards, traînait un nom bien connu des Belfortains : celui de Damien Meslot, maire de Belfort, président du Grand Belfort et ancien député. L'article s'intitule Petites astuces et grosses ficelles pour des élus cumulards et met en avant « les exploits d'une dizaine d'anciens députés-maires qui ont réussi à maintenir leur niveau de vie quasi inchangé, malgré la perte de leur indemnité parlementaire de base, s'élevant à 5 600 euros bruts mensuels ».

Comme My Aire Urbaine l'avait rappelé il y a quelques semaines, Damien Meslot a choisi d'augmenter ses indemnités de maire. Avec son poste de président du Grand Belfort, il parvient donc au même niveau de rémunération que lorsqu'il était député et maire.

Après avoir découvert la méthode du maire d'Orléans, le Canard prend plaisir dans un paragraphe intitulé "Agglomération de pognon" à rappeler les promesses du candidat Meslot en 2014, ainsi que les contradictions du conseil municipal où ces questions ont été évoquées. L'hebdomadaire rappelle aussi que le refus de Damien Meslot de toucher ses indemnités de maire en 2014 était surtout lié à un plafond qu'il ne pouvait pas dépasser, percevant déjà des indemnités pour la présidence de l'agglomération et son poste de député.

Enfin, Hervé Liffran, l'auteur de ces lignes, rend hommage à celui qu'il appelle « ce petit malin » ou encore « ce maire d'élite », avant de s'occuper des maires de Valenciennes, de Cholet et de Roanne pour finalement conclure « ces gueux sont d'une indécence... » Tout en finesse donc.

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.