Les élus du Département demande un passage en 2 x 2 voies de la RN 1019 entre Delle et Héricourt. Les élus du Département demande un passage en 2 x 2 voies de la RN 1019 entre Delle et Héricourt. (©My Aire Urbaine : Thibault Quartier)

Belfort : la RN 1019, l'eau, les dotations de l’État, les emplois aidés au cœur des discussions Etat – Département

La présentation des activités de l'État dans le Territoire de Belfort aux élus du département a été l'occasion pour les élus départementaux d'échanges sur des sujets qui les préoccupent. L'intervention du secrétaire général de la préfecture du Territoire de Belfort (le préfet étant retenu à Paris), le sous-préfet Joël Dubreuil, a été l'occasion de faire le point sur quelques dossiers chauds.

Doublement de la RN1019

Le sujet tient à cœur de Florian Bouquet, président du conseil départemental, qui l'évoque dès que l'occasion se présente : il réclame le passage à 2 x 2 voies de la nationale entre Delle et Héricourt. Il s'est ému devant Joël Dubreuil, secrétaire général de la préfecture, venue présenter le rapport d'activités des services de l'État en 2016, que ce dossier ne soit pas jugé prioritaire et a réclamé que le projet soit réactivé dans le contrat de plan État-Région. Ce devrait être chose faite d'ici quelques mois, si l'on en croit les propos rassurants de Joël Dubreuil. Une étude devrait en effet être prévue dans un avenant au contrat de plan État-Région 2014-2018, en concertation avec APRR, la société d'exploitation autoroutière de l'A36. Le secrétaire général a évoqué une réponse du préfet de Région d'ici à la fin de l'année. Si le dossier devait évoluer positivement, l'État solliciterait alors la Région, les conseils départementaux du Territoire de Belfort et de la Haute-Saône, le Grand Belfort et la communauté de communes de Héricourt pour monter le financement.

L'eau et la sécheresse : il faut prévoir l'avenir

L’approvisionnement en eau devient un sujet préoccupant. La sécheresse a provoqué des mesures de restriction pendant quatre mois cet été. Joël Dubreuil estime que des travaux seraient « inévitables ». La question est de savoir lesquels. Un raccordement au bassin de Champagney (Haute-Saône) est évoqué, mais la solution est coûteuse. L'État et le Département semblent être en phase pour se saisir du sujet au plus vite. Une réunion est d'ailleurs prévue le 13 octobre à la préfecture pour établir un diagnostic et esquisser des pistes de solutions.

Emplois aidés : tout n'est pas perdu

Sujet ô combien politique que les emplois aidés ! Depuis que leur réduction a été officialisée, cet été, tout le monde y devenu favorable à ce type de contrats. Cela n'a pas loupé ce jeudi matin, aussi bien de la part de Florian Bouquet que de Bastion Faudot (qui a même comparé leur suppression à l'échelle du Territoire à l'ampleur d'un « plan social »). Sans prendre parti, le secrétaire général a indiqué que le préfet de Région a pris un décret début septembre qui précise quels emplois sont désormais éligibles. À cette liste existe une possibilité de dérogation sur décision du préfet. « Les critères sont tout sauf arbitraires, a indiqué Joël Dubreuil, avant de les énumérer : La situation sociale de la personne, la taille de l'employeur, l'identification d'un besoin précis. »

Dotations : une bonne surprise ?

Les dotations de l'État, en baisse depuis plusieurs années, n'ont pas manqué d'être évoquées. Mais Christophe Grudler, qui s'est volontiers fait le porte-parole du gouvernement ce jeudi matin, a affirmé qu'il n'y aurait « pas de baisses pour le Territoire en 2018 », accusant, en filigrane, le président du conseil départemental de tirer la sonnette d'alarme pour des raisons politiciennes. Sans préjuger de l'avenir, le secrétaire général a répercuté les informations en sa possession, à savoir que les concours financiers de l'État ne seraient pas en baisse en 2018, et même en hausse de 384 millions d'euros. Mais il s'agit là d'une enveloppe nationale : les élus attendent de voir à quelle sauce sera mangé le Territoire de Belfort par rapport à d'autres départements plus grands.

Bernard  Piexi

La force tranquille. Sa capacité de recul aurait pu en faire un tireur sportif, mais ce sont les lecteurs de l'Aire urbaine qui vont apprécier sa précision.