Un deuxième recours contre le plan local d'urbanisme a été déposé par l'association de riverains. Un deuxième recours contre le plan local d'urbanisme a été déposé par l'association de riverains. (© My Aire Urbaine : Simon Vermot Desroches)

Belfort: nouveau recours devant le tribunal administratif

L’association de protection du site de la Laiterie, au bord de l'étang des Forges à Belfort, a déposé une nouvelle fois une requête contre le plan local d’urbanisme et les constructions qui prendront place sur le site.

Voté au mois d’avril en conseil municipal, attaqué une première fois par l’association de protection du site de l’étang des forges au mois de juin, le plan local d'urbanisme (PLU) du site de la Laiterie, à Belfort, a vécu un été et une rentrée mouvementés.

Tout (re)commence le 18 juillet. Un document de la Ville portant sur les constructions en secteur d’habitats est modifié par arrêté municipal, et le site de la laiterie est mentionné dans ce document. Mais par rapport au PLU présenté au mois d’avril en conseil municipal, un petit changement vient mettre le feu aux poudres concernant la hauteur des bâtiments.

Le PLU originel prévoyait un rez-de-chaussée, un ou deux étages et des combles ou attiques. Le 18 juillet, la hauteur maximale est passée à un rez-de-chaussée, deux étages droits et un ou plusieurs niveaux de combles ou d’attiques.

Et c’est dans ce "plusieurs niveaux" qu’est tout le problème pour les riverains : "Cela va contre la requête du commissaire-enquêteur, cela va contre l’avis du conseil municipal qui a voté pour limiter la hauteur des habitations au mois d’avril, explique Stéphane Julliard, le président de l’association avant d’ajouter, "en plein milieu du mois de juillet, alors que nous n’avons que deux mois pour faire un recours, ce n’est pas anodin. Une fois de plus on a l’impression qu’on se moque de nous !"

Mardi, une requête a donc été déposée au tribunal administratif de Besançon. Elle conteste le changement de hauteur, sans l’avis des conseillers municipaux, et contre les réserves soulevées par le commissaire-enquêteur. "Il en ressort que ce PLU est doublement illégal" est-il inscrit dans le document adressé au tribunal administratif.

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.