Ils étaient 700 manifestants devant la Maison du peuple à Belfort, ce mardi 10 octobre. Ils étaient 700 manifestants devant la Maison du peuple à Belfort, ce mardi 10 octobre. (© My Aire Urbaine - Simon Vermot Desroches)

700 fonctionnaires dans les rues de Belfort

À l’appel de tous les syndicats de la fonction publique, 700 fonctionnaires (chiffres de la police) ont défilé dans les rues de Belfort pour s’opposer à la politique actuelle du gouvernement Philippe, le gel du point d’indice et l’annonce de  la suppression de 120 000 postes.

Le rendez-vous était donné à 10 h, devant la Maison du peuple par toutes les organisations syndicales. CGT, CFDT, FO, CFE-CGC, FA, FSU, Unsa et Solidaires, pour la première fois depuis 2007, sont tombés d’accord pour cette manifestation du 10 octobre 2017. Du coté des manifestants, le mot d’ordre est simple : « Stop à la stigmatisation des fonctionnaires, nous explique Bruno Lemière, représentant CGT des employés de l’hôpital Nord-Franche-Comté, nos salaires n’augmentent pas, le gouvernement veut rétablir le jour de carence et supprimer 120 000 postes, c’est trop pour nous ! »

120 000 postes supprimés en cinq ans

Fonctionnaires territoriaux, hospitaliers ou professeurs, d'abord partis en direction de la préfecture, ils ont prévu un « circuit qui nous mènera partout où il faut se faire entendre » assure Yves Feurtey, responsable régional et du Territoire de Belfort d'UNSA Éducation. Des prises de parole seront assurées devant chaque bâtiment public. C’est d’abord l’annonce de la suppression de 120 000 postes qui les a mené dans la rue : « On a déjà des rythmes de travail extrêmement important, et on veut en plus supprimer des postes, explique le représentant CGT de l’hôpital Nord-Franche-Comté. Comment avoir un service public de qualité sous ces conditions ? » Du côté des professeurs, c’est la même inquiétude: « Le gouvernement diminue le nombre d’élèves par classe dans certaines zones, cette année au CP, l’année prochaine en CE1. Nous allons avoir 35 élèves par classe dans les RPI pour compenser ? »

Gel des salaires, hausse de la CSG... « Trop c’est trop ! »

La colère a également été ravivée par l’annonce du gel du point d’indice. Il n’y aura donc aucune augmentation de salaire en 2018, « au mépris de notre pouvoir d’achat » explique un manifestant. La hausse de la CSG, cet impôt prélevé directement sur les salaires et les retraites et qui finance la protection sociale est également dans les têtes. Enfin, le retour du jour de carence, supposé diminuer l’absentéisme dans le secteur public selon le Premier ministre, mais qui priverait les fonctionnaires publiques de jours de congé maladie remboursé par la sécurité sociale a également été annoncé par le gouvernement. 

« Trop c’est trop ! » entonnent les manifestants en partant vers la préfecture. 

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.