GE prolonge son bail immobilier auprès de la société d'économie mixte Tandem GE prolonge son bail immobilier auprès de la société d'économie mixte Tandem (© My Aire Urbaine : Thibault Quartier)

General Electric prolonge de seize ans son bail à Belfort

En annonçant au mois de juin le financement de travaux en Alsace pour faciliter l’acheminement de turbine vers Strasbourg, Damien Meslot, président du Grand Belfort n’avait pas tout dit: en contrepartie de l’exécution de ces travaux, General Electric a prolongé son bail de location auprès de la société d'économie mixte Tandem jusqu’en 2035.

Tandem (ex Sempat) est une société d’économie mixte qui gère depuis 1988 l’immobilier d’entreprise à Belfort et dans sa région. Aujourd’hui, le capital de cette société est composé à 60,86 % de collectivités locales, dont 47,78 % pour le Grand Belfort. Les 39,14 % restant sont détenus par des investisseurs privés. Et tous aujourd’hui ont le sourire, puisqu’en plus de sites importants en expansion (Techn’hom et Jonxion notamment), Tandem doit désormais s’investir pour General Electric et les perspectives sont bonnes.

GE prolonge son bail de seize ans et donne des garanties

En effet, le leader mondial dans le domaine énergétique a prolongé son bail de seize ans. Il courra donc jusqu’en 2035. Une garantie financière a également été déposée, pour la bagatelle de 100 millions d’euros. « Si General Electric décide de quitter le Nord-Franche-Comté, il devra payer », affirme Damien Meslot, également membre du conseil d’administration de la société. General Electric a également demandé à Tandem une extension du Techn’hom à Belfort.

Cette année, la société a réalisé des bénéfices s’élevant à 1,2 million d’euros et un tiers de ces bénéfices ont été redistribués en dividendes aux actionnaires, comme chaque année. Le Grand Belfort a reçu une enveloppe de 88 000 €.

Le Grand Belfort finance les travaux pour GE

Dans la balance, le Grand Belfort a consenti des efforts financiers. L’intercommunalité a notamment décidé de financer les travaux en Alsace pour le passage des convois exceptionnels dans leurs traversées vers Strasbourg. En tout, 560 000 € vont être investis pour adapter les voies alsaciennes, aucunement financées par General Electric. « Nous avions proposé un partage à 50/50, mais la direction nous a expliqué qu’aux États-Unis, les États payaient la totalité pour de tels travaux, tente d’expliquer Damien Meslot, Nous devions le faire pour conserver le site à Belfort. »

Aujourd’hui, les négociations sont toujours en cours avec les préfectures d’Alsace, et celle du Territoire de Belfort étudie en détail le trajet des convois.

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.