Belfort: le département ne baisse pas ses aides aux collèges, mais ne les augmente pas

Le fonctionnement des treize collèges du Territoire de Belfort est assuré par le Département. Les conseillers, réunis le 12 octobre ont fait le point sur les dotations, le prix de la restauration, les travaux de rénovation du gymnase du collège de Valdoie ainsi qu’à propos d'une nouvelle subvention à un établissement privé.

1. Les dotations restent stables

Peu de surprises dans le domaine des dotations, puisque le président du Département Florian Bouquet et son vice-président en charge de l’éducation Éric Koboerlé ont annoncé que « malgré un contexte financier toujours très contraint le Département a décidé de renouveler à l’identique les crédits dédiés au fonctionnement des collèges ». C’est donc une enveloppe de près de 1,6 million d’euros qui sera répartie entre les 13 établissements publics du Territoire. Les critères pour l’attribution de ces dotations sont entre autres les coûts en chauffage et en eau, la superficie à entretenir, les fournitures scolaires, les sorties pédagogiques… Elles s’élèvent de près de 79 000 euros pour le collège Michel Colucci à Rougemont-le-Château à près de 180 000 euros pour le collège Vauban à Belfort.

2. Le prix de la demi-pension à 3.05 euros

Les tarifs 2017 de la restauration scolaire avaient augmenté de 1 ,67%, en 2018 le Département promet de conserver le tarif de 3,05 euros par repas dans le cadre d’un forfait quatre jours, et 4.10 euros pour un déjeuner ponctuel. On note que le cout réel d’un repas est estimé par l’Assemblée départementale à 7,80 euros, et qu’aujourd’hui 10% des dépenses alimentaires concernent des produits issus de la production locale. Le prix des repas pour les familles boursières reste également le même (de 1 à 2 euros selon le taux des bourses). Le Département finance cette différence, et depuis la mise en œuvre de ce dispositif, la fréquentation des élèves boursiers a fortement augmenté (30% globalement et 90% pour les élèves de taux 3, le plus élevé). Après calcul, les élèves non boursiers devront dépenser 424 euros pour l’année 2018, et les boursiers de 139 à 278 euros.

3. Le gymnase du collège Goscinny rénové pour avril 2019

C’est l’un des grands axes d’investissements du Département : la rénovation des gymnases du Territoire. Le gymnase du collège René Goscinny à Valdoie fait partie de ce plan d'investissements. Après avoir choisi le maître d’œuvre pour la réalisation de ces travaux au mois de juillet, le chantier devrait commencer au mois de janvier 2018. Le budget pour la rénovation de ce gymnase s’élève à près de 1,9 million d’euros. Sa mise en service devrait avoir lieu au mois d’avril 2019.

4. Le Département finance un collège privé

Le sujet polémique par excellence ! Faut-il ou non participer aux dépenses d’investissements des collèges privés ? « Je ne fais pas de différence entre un élève du public et du privé, déclare Florian Bouquet avant d’ajouter, le collège en question est celui de Chevremont, donc dans un milieu rural. » Pour l’élue d’opposition Samia Jabber, « le fait qu’il soit rural ne change rien. Choisir le privé est une liberté et ne s’adresse pas à tous ! » Cependant, il faut tout de même noter que 97 % des écoles privées en France ont reçu des financements publics depuis 1959 d’après un article sur le blog de Médiapart (assez engagé contre cette pratique, il faut le dire…). Florian Bouquet rappelle également que « l’ancienne majorité avait garanti un prêt pour une école privée. C’est une pratique qui se fait dans tous les départements. » Le montant de la subvention à cette école n’a pas été officiellement révélé, mais Florian Bouquet a confié que c’était une petite contribution.

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.