La préfète lance la consultation sur la police de sécurité dans le Territoire (© My Aire Urbaine : Simon Vermot Desroches)

La préfète lance la consultation sur la police de sécurité dans le Territoire

La préfecture du Territoire de Belfort lance un programme de consultation de quelques semaines concernant la police de sécurité du quotidien. Elle s’adresse aux forces de l’ordre, aux services publics, aux organismes sociaux ainsi qu’à tous les citoyens.

La nouvelle préfète du Territoire de Belfort, Sophie Elizeon s’attaque à son premier dossier: « la police de sécurité du quotidien ». Lancé par le gouvernement d’Édouard Philippe et porté par le ministre de l’Intérieur, Gérard Colomb, avec l’objectif de créer une police sur mesure pour chaque territoire et plus proche des citoyens. Lancée le 1er décembre, la consultation se terminera le 20 décembre, un délai assez court qui s’explique par la nomination tardive de la nouvelle préfète. « Nous espérons que cette consultation sera la plus large possible, car nous avons tous à gagner dans cette police de sécurité » a assuré la préfète.

Chacun appelé à s’exprimer

Si la concertation concerne en premier lieu les forces de l’ordre et les acteurs locaux, chaque citoyen peut participer à cette consultation grâce à la boite mail mise en place par la préfecture. De la première discussion du 1er décembre, sont ressortis plusieurs grands axes de coopération entre la police et les services de transports publics ou les bailleurs sociaux par exemple.

« C’est la première des nombreuses réunions de travail qui auront lieu dans les prochaines semaines, a affirmé la préfète. On fait déjà tous de la police du quotidien et de bonnes choses existent. » Dès janvier 2018, de premières expérimentations auront lieux sur certains territoires. Le département belfortain, grâce à sa taille, possède des avantages pour les expérimentations, ce que n’a pas manqué de rappeler Sophie Elizeon.

De grands axes nationaux, déclinés au plan local

L’objectif de cette « réforme » de la police est double : redonner à la police des moyens d’agir et de redonner du sens à son action. D'abord, le gouvernement promet plus de policiers et de gendarmes et plus de présences sur la voie publique. Avec un investissement national de 300 000 millions d’euros pour le renouvellement des locaux, la promesse d’un renouvellement du parc automobile (30 000 véhicules d’ici cinq ans), des équipements et des procédures simplifiées, l’État espère rendre ses lettres de noblesse aux forces de l’ordre « parce qu’une institution respectable est une institution respectée » assure le gouvernement.

En incitant à davantage de coopération entre les élus, les autorités administratives et judiciaires, les polices municipales, les réseaux de transports, les bailleurs sociaux, les commerçant la préfecture souhaite mettre en œuvre une politique de sécurité sur mesure pour le Territoire de Belfort. Elle prendrait en compte les préoccupations de chacun, et des citoyens, afin de répondre au mieux aux problèmes de sécurité locaux.

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.