Belfort : l’électorat des Républicains au rendez-vous des partielles [Infographie] (© My Aire Urbaine : Thibault Quartier)

Belfort : l’électorat des Républicains au rendez-vous des partielles [Infographie]

Ian Boucard est largement en tête du premier tour de l’élection législative partielle de la 1re circonscription du Territoire de Belfort. Malgré la forte abstention, son électorat s’est déplacé dans les mêmes proportions qu’au mois de juin.

Lors d'une élection législative partielle, il est essentiel de mobiliser ses troupes. Il n’en a pas fallu plus pour Ian Boucard (LR), qui termine douze points devant son poursuivant, Christophe Grudler (LREM - MoDem). Avec 5 266 suffrages exprimés en sa faveur, il ne perd que 266 voix par rapport au premier tour de l’élection du mois de juin, malgré une participation passée de 50 à 30 %.

Les autres candidats pâtissent de l’abstention

Imperméable à l’abstention entre les deux scrutins, Ian Boucard profite de la chute de ses concurrents pour se placer en tête du scrutin. Car s’il a réussi à déplacer ses électeurs, on ne peut pas en dire autant des autres candidats. Christophe Grudler perd, de son côté, plus de la moitié de ses voix, ne bénéficiant pas non plus de la dynamique de l'élection présidentielle (voir carte ci-dessous). Le candidat Front national Jean-Raphaël Sandri perd, quant à lui, les trois quarts de ses voix. Seule Anais Beltran (France insoumise) a, semble-t-il, réussi à remobiliser ses troupes, et ce, malgré la multiplication des candidats à gauche ; la baisse du nombre de voix en sa faveur suit la courbe générale de l'abstention.

En faisant glisser de gauche à droite le curseur, découvrez le candidat arrivé en tête dans chaque commune au mois de juin et au mois de janvier (Pour plus de détails, retrouvez notre article des résultats commune par commune). En bleu, Ian Boucard, en orange, Christophe Grudler, en bleu foncé, Jean-Raphaël Sandri et en rose Bastien Faudot, candidat MRC-PS au mois de juin. Il s'est rangé derrière la France insoumise en janvier. Les zones grises correspondent à des communes dans lesquels plusieurs candidats sont arrivés en tête et à égalité. 

Media

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.