La ligne Belfort-Delle, qui doit ouvrir au mois de décembre, reçoit encore un investissement du Département, de plus d'un million d'euros. La ligne Belfort-Delle, qui doit ouvrir au mois de décembre, reçoit encore un investissement du Département, de plus d'un million d'euros. (©My Aire Urbaine : Thibault Quartier)

Belfort : les trois points à retenir du budget du Département

Le conseil départemental du Territoire de Belfort a adopté son budget 2018 lors de l’assemblée du jeudi 8 février. Bonne gestion ou manque de projets, RSA en recul et augmentation des allocations à l’autonomie, My Aire Urbaine fait le bilan.

Florian Bouquet met en avant sa bonne gestion

Depuis plusieurs années, Florian Bouquet met en avant sa bonne gestion du Département. Ainsi, depuis son élection, les dépenses de fonctionnement, qui représentent le premier poste de dépenses, ont baissé de près de 7 millions d’euros pour atteindre plus de 131 millions d'euros. Idem pour l’encours de la dette, qui abaissé de 17,5 millions d’euros en trois ans pour se stabiliser à 92,5 millions d'euros : « Notre collectivité faisait partie des plus endettées de France. Nous sommes revenus dans les normes nationales », assure le président du Département. Pour l'opposition en revanche, cela révèle un manque de projets et c'est Bastien Faudot qui lance les hostilités : « À mi-mandat, aucun projet n’est sorti de terre. On se demande quel est le sens de votre activité, quel va être votre œuvre ? » questionne-t-il, considérant « ne pas trouver de réponses dans ce budget ». Samia Jabber et Christophe Grudler iront, eux aussi, de leurs mots doux pour le président, jugeant ce mandat « sans objectif » pour l’une, « avec aucune vision pour l’avenir » pour l’autre. Florian Bouquet y répondra mettant en avant ses réussites (digues, plan gymnase, action solidaire…). Les taux d’imposition fixés par le Département ne bougeront pas non plus cette année, tout comme le prix des cantines des collèges du Territoire (à 3,05 ou 4,10 euros par repas).

RSA en baisse, APA en hausse

Sur les 145 millions d'euros de budget, le social est la dépense principale et représente plus de 75 millions d’euros. Les dépenses liées au RSA sont en baisse depuis 2017, certes faiblement (- 1,88 %, soit environ 25 millions d’euros en moins), mais pour la première fois depuis sa création en 2009, « grâce à l’embellie de l’emploi industriel », estime Florian Bouquet. En revanche, les dépenses liées à l’autonomie des personnes âgées sont en perpétuelle augmentation (+1,17 %, environ 20 millions d’euros). L’aide personnalisée à l’autonomie, qui prend en charge des frais d’aides à domicile ou de placement en Ehpad, concentre plus de la moitié de cette somme.

17 millions d'euros d'investissement

Coté investissement, Florian Bouquet repart avec la même enveloppe que l'année passée. Il est à noter, cependant, que sur les 17 millions d'euros prévus au budget 2017, 2,5 millions d'euros n'ont pas été utilisés et sont reversés au budget de cette année. « La part d'investissement diminue donc, ne mentez pas », clame Bastien Faudot. Les projets portés par le Département consistent principalement dans la prolongation des projets actuels, à savoir le plan gymnase qui devrait aboutir à une première réalisation avec la rénovation du gymnase du collège de Valdoie. À noter également la fin du financement de la ligne Belfort-Delle, dont le Département est l'un des contributeurs, et qui devrait ouvrir ses voies au mois de décembre prochain. 1,78 million d'euros sont fléchés à cet égard dans le budget 2018. Enfin, la nouveauté reste l'investissement pour la première fois pour le Département dans des collèges privés. Une enveloppe, maigre (12 000 euros), mais qui a fait bondir les représentants de l'opposition.  

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.