Belfort: le quai Vallet pourrait bientôt devenir piéton (© My Aire Urbaine : Simon Vermot Desroches)

Belfort: le quai Vallet pourrait bientôt devenir piéton

La mairie de Belfort va lancer une consultation de fin février à avril 2018 pour piétonniser le quai Charles-Vallet. Ce projet s’inscrirait dans l’autre grand projet de la mairie, à savoir l’aménagement des berges de la Savoureuse.

« Cette route est en mauvais état, elle est dangereuse pour les écoliers et pour les piétons », lance jeudi soir au conseil municipal le maire, Damien Meslot, alors qu’il présente un projet-surprise. Le quai Vallet, qui longe la savoureuse sur sa rive droite et fait la liaison entre l’école Sainte-Marie et la place Corbis pourrait devenir piéton. Selon la mairie, qui a réalisé une petite enquête de voisinage auprès des riverains, des commerçants et de l’école, « la proposition a été très bien accueillie et il est important de le signaler, à l’unanimité ». Une concertation sera lancée de fin février à avril 2018, afin de recueillir l’avis du public.

Optimisme général, mais quelques questions tout de même

Si cette annonce a été bien accueillie par les élus du conseil municipal, et même ceux de l’opposition, plusieurs questions se sont posées. Le premier point porte sur les habitudes des parents des écoliers de l’école Sainte-Marie. Qui est passé dans le secteur aux heures de sorties de classes connait les problèmes de circulation qui en découlent: parents garés en double file ou simplement arrêtés, attendant leurs enfants…

« Supprimer ces quais, provoquera encore plus de problèmes de circulation sur le boulevard Clémenceau », s'inquiète Alain Dreyfus-Schmidt, seul élu à s’être opposé à ce projet. Ensuite, certains élus habitués à l’utilisation du vélo en ville ont questionné l’installation d’une piste cyclable sur ce quai. Avoir une piste cyclable de chaque côté de la Savoureuse, les problèmes posés par la traversée de la place Corbis pour les cyclistes et ceux par la traversée du pont Clémenceau ou du petit pont au milieu des quais, sont autant de questions qui devront être étudiées lors de cette concertation. Pour le moment, ce projet est estimé à 600 000 €, mais beaucoup reste encore à faire et ce prix pourra changer par la suite, a annoncé le maire de Belfort.

Au cœur du projet des berges

« Si l’on soutient ce projet d’aménagement des quais actuels, on ne comprend toujours pas ce projet d’aménagement des berges au bord de l’eau », maintient Bastien Faudot (MRC). Le projet des berges aménagées de Damien Meslot, et grand projet de sa mandature, fait toujours grincer des dents l’opposition. Pour rappel, ce projet consisterait à aménager des zones piétonnes le long de la Savoureuse. Agencée au niveau de l’eau, la balade de 1,7 km partira de l’Atria pour arriver au Cinéma des Quais. Et le sujet provoque, chaque fois qu’il est évoqué, un véritable combat de coqs politiques. Bastien Faudot le juge trop cher pour une promenade « inondée un tiers de l’année et qui longe un filet d’eau un autre tiers de l’année ». Le maire, Damien Meslot, maintient sa position. Et pour cause, l'investissement pour la mairie a fortement diminué depuis l’annonce du projet, notamment grâce à un petit coup de pouce législatif.

Les cours d’eau désormais gérés par l’Agglomération

En effet, depuis le 1er janvier 2018, la gestion des milieux aquatiques, ou "compétence Gemapi" (gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations) est passée des communes aux communautés de communes. Donc de la ville de Belfort au Grand Belfort, concernant ce projet. Et si l’aménagement urbain est financé par la Ville, les aménagements du cours d’eau, estimés à 2,6 millions d’euros, seront pris en charge par le Grand Belfort. Si l’opposition y voit un « transfert de dépenses », Damien Meslot assure qu’il n’est pas responsable du changement de compétences. « J'ai voté contre cette loi lorsque j’étais député ! Cette loi, ce sont vos représentants nationaux qui l’ont approuvée », lance-t-il, pointant du doigt les élus PS de l’assemblée. Pour la Ville, le projet est estimé à 5 millions d’euros, dont 2,3 millions sont d'ores et déjà inscrits au budget 2018.

Alors que la concertation publique concernant les berges est terminée et en cours d’évaluation par un commissaire-enquêteur, une nouvelle concertation aura lieu pour la piétonnisation du quai Vallet. Les élus restant figés sur leur position, les concertations auront le mérite de clore un débat qui commence à se répéter et à devenir complètement stérile.

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.