Le futur gîte de Brebotte est l'un des éléments du plan tourisme de la CCST. Le futur gîte de Brebotte est l'un des éléments du plan tourisme de la CCST. (CCST)

Sud-Territoire: transformer l’économie par le tourisme

L’économie de la communauté de communes du Sud-Territoire a fortement été touchée par la désindustrialisation. Aujourd’hui, ses dirigeants parient sur les forces de la région pour diversifier son activité, et notamment sur le tourisme.

« J’ai une hantise: c’est qu’un jour, on ait des dizaines de pavillons à 50 000 €, les uns à côté des autres, et que personne ne vienne les acheter ». Christian Rayot s'inquiète qu'un jour, les communes de la communauté de commune du Sud-Territoire, qui regroupe les communes avoisinant Delle, ne deviennent un grand désert. La désindustrialisation a fait mal à cette région, avec pas moins de 7000 emplois industriels perdus depuis une vingtaine d’années. 
« Nous accumulions les handicaps : pas de routes, pas d’accès ferroviaire, peu d’équipements publics; aujourd’hui le ciel s’éclaircit ! », constate le président de la collectivité. De la prolongation de l’A16 jusqu’à Delle à la rénovation de la route nationale qui rejoint l’A36 en passant par la réouverture de la ligne Belfort-Delle et l’espace médian, la communauté de communes n’est plus, aujourd’hui, enclavée. Un objectif désormais : la diversification économique.

Le tourisme, profiter de son patrimoine rural

« Aujourd’hui nous accueillons entre 7000 et 8000 touristes par an, nous souhaiterions arriver à 20 000 par an », espère Christian Rayot. Car si les vestiges de l’industrie ne mobilisent pas les foules, les paysages sundgovien, eux, attirent. C'est dans cette optique de préservation des paysages naturels que l’eau est devenue une des questions prioritaires de la communauté de commune. Un large plan de réhabilitation des rivières est en marche. « C’est le plus gros projet de réhabilitation de France, nous a expliqué l’agence de l’eau », relaie fièrement Christian Rayot. 5 à 6 millions d’euros seront ainsi investis dans l’Allaine, la Suarcine et plusieurs autres cours d’eau. Grâce à cela, la CCST espère faire de la pêche de loisir l’un de ses axes touristiques. 
Aujourd’hui, la principale force d’attractivité sont les cabanes du Verchat, qui attirent 5000 personnes par an. À la fin du mois de septembre débuteront les travaux d’un pôle touristique rural à Brebotte. Dédié au cyclotouriste qui emprunteront l’Eurovélo route et aux randonneurs pédestres. Il proposera une quinzaine de lits, un entrepôt sécurisé, une épicerie de produits locaux et un restaurant.

Les marchés locaux, de l’animation dans les communes

Les marchés du terroir, déjà en place l’année passée, continueront leur bonhomme de chemin. La forte activité agricole du secteur, en témoignent les kilomètres de champs et les nombreux éleveurs et cultivateur qui couvrent la zone, permet ainsi de développer une économie parallèle. Les 2000 frontaliers qui habitent la communauté de communes font ainsi profiter de leur pouvoir d’achat plus élevé aux artisans locaux.
Les petites communes très rurales seront les plus ciblées par ces manifestations. « Elles ont besoin de nous pour ce type de manifestation, les centre bourg, s’ils souhaitent faire un marché, ils en ont la possibilité », assure le président de la collectivité. Des animations qui viennent elles aussi concourir à une redynamisation du sud Territoire. « Les jeunes n’ont quasiment plus de perspectives d’avenir en restant ici. On espère qu’avec nos investissements, ils en auront », conclut Christian Rayot.

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.