Doubs: drogué, il se tue en s'administrant 50 coups de couteau

L'enquête de la section de recherches de la gendarmerie de Besançon "a définitivement écarté l'intervention d'un tiers", selon le substitut du procureur de Besançon.

Un homme de 22 ans, dont le cadavre avait été retrouvé en septembre à Saône (Doubs), s'est administré 50 coups de couteau pendant une crise d'hallucinations sous l'emprise de stupéfiants, selon les conclusions de l'enquête dévoilées mardi.

"Il avait consommé de la cocaïne, du cannabis et du Subutex (utilisé pour les traitements de substitution à l'héroïne, ndlr) en doses très importantes qui ont provoqué un phénomène hallucinatoire, qui fait qu'il s'est automutilé", a indiqué Stéphane Clément, substitut du procureur de Besançon.

Les coups ont été portés au niveau de la gorge et du côté gauche de la cage thoracique, sectionnant une artère et perforant le cœur, ainsi qu'un poumon, selon les résultats de l'autopsie. Le jeune homme est décédé des suites d'une importante hémorragie.

Les analyses toxicologiques ont permis d'établir qu'il avait notamment absorbé une "dose létale de cocaïne" et du "Subutex en très grande quantité", a précisé M. Clément. L'enquête de la section de recherches de la gendarmerie de Besançon "a définitivement écarté l'intervention d'un tiers", a-t-il souligné.

Le corps en partie dévêtu du jeune homme avait été découvert par son père début septembre dans un champ à Saône, à une dizaine de kilomètres de Besançon. Un couteau se trouvait à côté du cadavre. Sa petite-amie avait expliqué aux enquêteurs qu'ils se rendaient à une rave party lorsque son compagnon a été pris d'une crise d'hallucinations. Effrayée, la jeune femme s'était enfuie. Lui avait continué sa route, percuté un arbre, avant de se poignarder dans un champ.

(AFP)

 

Bernard  Piexi

La force tranquille. Sa capacité de recul aurait pu en faire un tireur sportif, mais ce sont les lecteurs de l'Aire urbaine qui vont apprécier sa précision.