Mandeure: en conflit avec ses voisins, il voulait faire exploser son immeuble (© My Aire Urbaine : Simon Vermot Desroches)

Mandeure: en conflit avec ses voisins, il voulait faire exploser son immeuble

Le tribunal de grande instance de Montbéliard traitait le vendredi 27 juillet une affaire peu banale. En laissant consciemment le gaz ouvert dans son appartement, un homme de 69 ans a provoqué un incendie et a failli faire exploser l’ensemble de la résidence où il habitait. Il a écopé d’une peine de trois ans de prison ferme.

L’histoire aurait pu tourner au drame. Le 21 juillet dernier, il est 18 h 30 quand un habitant de Mandeure (Doubs) sent une odeur de gaz dans sa résidence. Très vite, il se rend compte qu’un incendie est en train de se propager dans l’appartement de son voisin. Il fait évacuer les autres locataires, enfonce la porte pour essayer de sauver le malheureux dans son appartement, mais personne n’est à l’intérieur.

Les pompiers alertés arrivent et arrosent le feu… Après des recherches, l’homme qui occupait l’appartement en flamme est injoignable et introuvable. L’homme, aujourd’hui à la place du prévenu, avait laissé le gaz ouvert dans son appartement, à côté du réfrigérateur et avait quitté l’immeuble. Seul le gérant du bureau de tabac à deux pas l’a vu: « Il était fortement alcoolisé et m’a dit « je vais foutre le feu». Il m’a donné 50 euros et est reparti, » déclare-t-il à la gendarmerie. Froid et distant, le prévenu ne montre aucune réaction à l’évocation de ce qui s’est passé.

« Un coup de folie sous l’emprise de l’alcool, » se défend-il.

Pour ses voisins, présents à l’audience c’est un « alcoolique agressif et irrespectueux ». Ils sont venus pour se constituer parties civiles, et obtenir des remboursements. Certains des appartements sont en effet totalement ravagés, soit par l’incendie, soit par l’eau utilisée par les sapeurs-pompiers. « Il a juste voulu nous tuer tous », dira l’un des voisins.

L’homme reste sans réponse, sans même une réaction.

Retraité de 69 ans, le prévenu a rejoint la maison d’arrêt de Montbéliard dès la fin du procès; il y restera encore trois années.

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.