Pierre-Yves Ratti

Pierre-Yves Ratti

La force tranquille. Sa capacité de recul aurait pu en faire un tireur sportif, mais ce sont les lecteurs de l'Aire urbaine qui vont apprécier sa précision.

La période de sécheresse perdure et ses conséquences s'accentuent. Dans le Doubs, on en est à l'approvisionnement par camion citernes. Le préfet en appel à l'économie d'eau par les particuliers.

Alain Joyanget et Michel Raison, sénateurs LR de Haute-Saône, ont publié ce mardi 16 octobre un communiqué dans lequel ils dénoncent l'abandon du projet de prison.

Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort, premier vice-président de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées, participera, le mercredi 3 octobre, au débat sur la politique industrielle et l'avenir de l'industrie.
En séance publique au Sénat, il interrogera le gouvernement sur les moyens qu’il entend mettre en œuvre pour améliorer la visibilité industrielle dans la planification des besoins et la programmation des projets ferroviaires.
Plus généralement, il alertera l’exécutif sur l’urgence de sécuriser nos savoir-faire industriels et nos compétences ferroviaires. Il déclinera à cet égard des exemples concrets visant à soutenir l’ancrage d’activités en France, afin de recueillir le sentiment du gouvernement sur ces propositions.
Ce débat s’inscrit dans le prolongement des travaux menés par la mission d'information sénatoriale « sur Alstom et la stratégie industrielle du pays » à laquelle Cédric Perrin appartient.

Joël Dubreuil , sous-préfet hors classe, secrétaire général de la préfecture du Territoire de Belfort, vient d'être nommé sous-préfet de Saverne.
Il sera remplacé à la préfecture du Territoire par Mme Elise Dabaouis, première conseillère du corps des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel détachée en qualité de sous-préfète hors classe, sous-préfète de Jonzac. Elle prendra ses fonctions le 22 octobre.

L'accord de vente de la partie énergie d'Alstom était assortie d'un engagement de création de 1 000 emplois. Il est aujourd'hui acquis que cet objectif ne sera pas atteint, ce qui ouvre droit à pénalités à l'encontre du consortium américain. Ces millions attisent les convoitises. Mais pour quoi faire ?

Belfort s'inquiète en attendant les prochaines décisions du géant américain General Electric (GE), un des plus gros employeurs de la région dans ses deux usines locales mais qui traverse actuellement de sérieuses turbulences.

La question du financement de la sécurité autour des Eurockéennes avait fait débat en juin. La préfecture se montre optimiste quant à un accord pour l'édition 2019. Mais le directeur des Eurockéennes, s'il est d'accord sur le dispositif prévu, reste réticent sur l'engagement financier : considérer les Eurocks comme une manifestation à but lucratif aurait de fortes conséquences.

Elles vont disparaître du paysage en 2019 : les tours des 1 et 2, rue Dorey et du 9, rue de Zaporojie vont être détruites, comme l'ont été des immeubles des Glacis voici quelques années ou, plus anciennement, les barres de la rue de Bruxelles et de « La Locomotive ».

Le président du conseil départemental annonce un redéploiement des activités des points accueil-solidarité, avec la création d'un accueil à Giromagny, qui sera bientôt suivi d'une ouverture dans le secteur de Bourogne et Morvillars. Mot d'ordre : remettre les agents sur le terrain. Un des volets d'une politique sociale qui se veut volontariste dans un contexte budgétaire compliqué par les baisses de dotation.

Voici deux ans, la fermeture envisagée du lycée professionnel Diderot (qui est en fait installé à Bavilliers) faisait réagir l'ensemble des politiques terrifortains. Ce lundi 3 septembre, la rentrée s'y est déroulée dans un contexte bien plus serein. Le proviseur espère même un développement de l'établissement vers les filières post-bac.