Le groupe français Alstom a annoncé ce mardi 31 juillet avoir remporté une commande de près de 330 millions d'euros auprès de l'opérateur ferroviaire italien (NTV) pour la fourniture de cinq rames de trains pendulaires Pendolino, assortie de trente ans de maintenance. NTV, un opérateur privé qui exploite en Italie des trains sous la marque Italo, exerce ainsi une option sur un contrat conclu avec Alstom en octobre 2015, a précisé dans un communiqué le constructeur ferroviaire français. Cette nouvelle commande portera à 22 trains la flotte de Pendolino d'Italo, qui dispose aussi de 25 trains à grande vitesse AGV (une nouvelle génération de TGV d'Alstom, dont il est resté le seul client). Les Pendolino peuvent transporter 480 personnes à une vitesse maximale de 250 km/h.

(AFP)

La commande de la SNCF représente un montant de 3 milliards d'euros, qualifié d'historique.

Siemens deviendra l'actionnaire principal du nouvel ensemble, avec 50,7% des parts à la suite d'une augmentation de capital réservée, qui va diluer d'autant les actuels actionnaires d'Alstom.

La Commission européenne craint que cette "concentration ne réduise la concurrence pour la fourniture de plusieurs types de trains et de systèmes de signalisation".

Les 1 000 emplois promis par GE lors du rachat de la branche énergie d'Alstom resteront au stade de la promesse. Le conseil municipal de Belfort a adopté ce jeudi soir une motion pour s'en émouvoir et pour demander une part de l'amende qui doit être versée en contrepartie.

Le rachat par General Electric de la branche énergie d'Alstom agite depuis plusieurs années les milieux industriels et politiques ainsi que les marchés financiers. En voici les principales étapes.

Les formalités liées aux autorités de la concurrence pourraient retarder une fusion qui fait polémique en France.

"Huit mois après" l'annonce du projet de fusion, "le niveau d'incertitudes reste inacceptable", a estimé l'intersyndicale dans une déclaration commune.

Le résultat d'exploitation est en hausse de 22% sur l'exercice, à 514 millions d'euros. Un chiffre supérieur aux attentes des analystes.

Le produit de ces ventes doit notamment permettre de verser aux actionnaires un dividende extraordinaire à l'occasion de la prise de contrôle par l'allemand Siemens d'Alstom.