GE va céder ses activités dans les transports et les services d'électricité. La branche GE Power, qui comprend la partie d'Alstom rachetée l'an dernier, va connaître une profonde refonte, mais sans plus de précisions pour l'instant.

Les syndicats veulent des garanties quant à la préservation de tous les sites français d'Alstom.

Afin d’empêcher la fermeture du site de Belfort il y a un peu plus d’un an, l’État s’était mobilisé et avait développé un plan de sauvetage. Investissements des collectivités, de l’État, de la SNCF et du groupe ferroviaire… le comité de suivi national a permis de faire un bilan sur les avancés de ce plan.

Depuis la fusion Alstom-Siemens, de nombreuses voix s’étaient élevées, notamment les syndicats et les élus locaux, pour que l’État français reste au capital du groupe. Il avait jusqu’au 17 octobre pour exercer ce droit, et c’est donc désormais officiel : l’État ne fait plus partie du capital d’Alstom.

Le chef de file du groupe Les Républicains, Christian Jacob, a annoncé qu'il comptait user de son "droit de tirage" pour une telle commission d'enquête.

L'Etat dispose jusqu'à aujourd'hui de la possibilité d'acheter les titres prêtés par Bouygues. Mais il a confirmé qu'il ne le ferait pas, le ministre de l'Economie précisant que c'était une condition sine qua non du rachat par Siemens.

Même renforcé de Siemens, Alstom restera tributaire du marché, a rappelé Henri Poupart-Lafarge devant la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale.

Pierre Laurent, numéro 1 du Parti communiste, et Martial Bourquin, sénateur du Doubs, réclament au Premier ministre et au gouvernement de faire jouer l'omption d'achat de l'Etat sur les titres détenus par Bouygues.

La CGT a demandé une enquête parlementaire eyt Arnaud Montebourg menace de poursuites pénales. Le ministre a répondu que Siemens aurait préféré Bombardier si l'Etat français était entré au capital d'Alstom.

Depuis sa constitution en 1928 jusqu'au mariage avec l'allemand Siemens, voici les grandes dates du groupe Alstom, fleuron industriel à l'histoire mouvementée et symbole du savoir-faire français en matière de trains et de turbines.