La commission nationale demande que l'Assemblée nationale joue un rôle de contrôle plus développé. Le dossier Alstom a suscité de fortes divergences, certains parlementaires estimant que les intérêts français n'ont pas été suffisamment défendus.

Le constructeur ferroviaire français Alstom a annoncé jeudi la signature d'un contrat de 1,4 milliard d'euros pour la fourniture des rames et de la signalisation d'un futur métro léger automatique à Montréal.
Le contrat, annoncé en février, concerne 212 voitures de métro et des systèmes de contrôle des trains automatisés, ainsi que la maintenance pendant trente ans, pour le Réseau express métropolitain (REM), un métro automatique léger dont le premier tronçon doit entrer en service en 2021.

(AFP)

L'ex-PDG d'Alstom, Patrick Kron, a défendu mercredi la pertinence de la vente du pôle énergie de l'entreprise française à General Electric, assurant par ailleurs que cette opération ne s'était pas faite sous la pression de la justice américaine.
"Chaque jour a conforté la pertinence de l'analyse qui avait été faite sur le risque que le statu quo faisait courir au groupe", a déclaré l'ancien président-directeur général d'Alstom et actuel président du fonds français de capital-risque Truffle Capital, lors d'une audition devant des parlementaires.

Il s'exprimait devant la commission d'enquête sur les décision de l'État en matière industrielle, qui concerne notamment Alstom. Le conglomérat General Electric avait racheté en 2015 le pôle énergie de l'industriel français.
"Les faits m'ont donné raison sur la nécessité d'agir et également sur le choix du partenaire qui a été retenu", General Electric, a jugé Patrick Kron.  Selon lui, "Alstom n'avait plus la taille critique" et s'était retrouvé en grande difficulté alors que ses marchés s'effondraient.

L'ex-dirigeant a par ailleurs évoqué une "incroyable rumeur" qui dit "que j'aurais vendu à la demande et sous la pression de la justice américaine en gros pour me protéger de poursuites à mon égard". En décembre 2014, le groupe français avait payé une amende record de 772 millions de dollars aux États-Unis pour des faits de corruption dans plusieurs pays. Un cadre français d'Alstom, Frédéric Pierucci, a été arrêté et a écopé d'une peine de trente mois de prison.
"Je n'ai jamais subi quelque pression que ce soit, je n'ai jamais été exposé à aucun chantage de quelque juridiction que ce soit", "ni des Américains ni d'aucune autre juridiction", a insisté Patrick Kron.
"Ces insinuations sont infondées, elles sont insultantes à mon égard comme d'ailleurs à l'égard de l'ensemble des administrateurs qui ont soutenu à l'unanimité ce projet", a-t-il dit.

(AFP)

Le Pdg du groupe allemand Siemens affirme que la gouvernance restera française.

 Les avocats de l'association Anticor, qui avaient déposé plainte, estime que cette décision est « totalement incompréhensible ».

Les syndicats CFDT, CFE-CGC, CGT et Force ouvrière ont demandé "à la direction d'Alstom de se retirer du projet de prise de contrôle d'Alstom par Siemens.

Le constructeur ferroviaire français Alstom a annoncé aujourd'hui vendredi 9 février avoir remporté un contrat portant sur la fourniture de 30 locomotives électriques à l'Office national des chemins de fer (ONCF) marocain, pour un montant d'environ 130 millions d'euros. Les 30 locomotives de type Prima M4 seront fabriquées par l'usine Alstom de Belfort, un temps menacée par les projets de restructuration du groupe, tandis que le service après-vente et la maintenance seront assurés par son équipe au Maroc, selon un communiqué.
Alstom, qui emploie quelque 350 personnes au Maroc, a notamment fourni les tramways de Rabat et Casablanca, ainsi que les trains à grande vitesse qui doivent relier ces deux villes à Tanger à partir de l'été.

(AFP)

Le groupe européen Alstom a été retenu pour fournir les trains automatisés et les systèmes de signalisation dédiés au futur réseau de transport urbain de Montréal, dont le lancement est prévu en 2021, ont annoncé jeudi ses promoteurs.
Alstom est associé à la société canadienne d'ingénierie SNC-Lavalin sur ce projet de plus de 200 voitures devant relier l'aéroport de Montréal aux banlieues via le centre ville. Outre les rames, le contrat prévoit la livraison de systèmes d'information, de télécommunication et de conduite automatisée, ou encore des équipements des centres de contrôle.

La construction de ce nouveau Réseau express métropolitain (REM) coûtera 5% de plus qu'initialement prévu, soit 6,3 milliards de dollars canadiens (4,08 milliards d'euros), a précisé la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), principal investisseur (à hauteur de 47%) aux côtés notamment des gouvernements du Canada et du Québec (20% chacun). Le montant du contrat accordé à Alstom n'a pas été révélé.  Initialement prévue à l'automne 2020, l'ouverture de ce nouveau réseau de transport électrique a donc été reportée à l'été 2021. Les travaux doivent débuter en avril et les premiers tests de circulation de rames pourraient intervenir fin 2020.

SNC-Lavalin et Alstom étaient opposés au groupe américain Parson, et au consortium formé par Hyundai, Thales et Bombardier, fleuron québécois des transports. "Il y aura d'autres occasions pour Bombardier", a assuré le Premier ministre du Québec, Philippe Couillard. "Il y a des activités encore pour un bon moment avec les trains du métro (montréalais). Il y aura des agrandissements de métro, peut- être de nouvelles lignes", a-t-il relevé.

(AFP)

Six abstentions, cinq votes contre et deux pour : le comité de groupe européen d'Alstom n'a pas manifesté un réel enthousiasme pour le projet de fusion.

Les services de l'Etat sont visés par une plainte pour avoir fait preuve de "négligence" en renonçant au bénéfice d'au moins 350 millions d'euros au moment de la prise de contrôle du groupe français Alstom par l'Allemand Siemens, a-t-on appris mardi auprès de l'association Anticor. Comme l'a révélé Le Canard enchaîné, cette plainte transmise par l'association anti-corruption au parquet national financier porte sur la décision du gouvernement de renoncer à son droit d'acheter des actions Alstom représentant 20% du capital, apprend on de même source.