Les sites concernés seraient ceux de Sochaux (180 ruptures conventionnelles), Mulhouse (177) et les sites de région parisienne (162 à Vélizy, 149 au pôle tertiaire de Poissy, 138 au site industriel de Poissy et 113 à La Garenne-Colombes).

Sans l'avis du comité de groupe, le processus de rapprochement entre Siemens et Alstom ne peut se poursuivre.

Plus qu'une soirée de vœux, le cluster la Vallée de l’Énergie organise, en partenariat avec MyAireUrbaine, une soirée intitulée Connecteam. Ce sera le jeudi 25 janvier, au Techn'hom à Belfort.

Les relations entre les deux entreprises s'étaient notamment tendues en 2016 autour du contrat pour l'entretien des turbines à vapeur équipant les centrales nucléaires françaises.

L'industriel américain General Electric (GE) a annoncé ce mercredi 17 janvier qu'il nomme PDG pour la région Europe Peter Stracar, depuis 2013 directeur général pour l'Europe centrale et orientale, pour succéder à Mark Hutchinson, qui a quitté GE début janvier.
L'Europe est le marché le plus important pour GE hors des Etats-Unis. Le groupe y emploie plus de 92.000 personnes sur plus de 900 sites, pour un chiffre d'affaires dépassant les 20 milliards de dollars.
GE souligne que la région est aussi une plateforme d'innovation pour le groupe, avec 30% de ses brevets mondiaux déposés en Europe. Le groupe avait annoncé en novembre un plan de restructuration prévoyant 20 milliards de dollars de cessions d'actifs et des milliers de suppressions d'emplois.
Le géant industriel américain avait ensuite indiqué en décembre qu'il allait supprimer 12000 emplois dans le monde au sein de sa branche Energie (GE Power). Mardi, le PDG John Flannery n'avait pas écarté un démembrement du groupe à terme entre ses différents secteurs d'activité.

(AFP)

Le géant industriel américain General Electric a annoncé mardi une charge exceptionnelle de 6,2 milliards de dollars liée à son activité d'assurance, une mauvaise nouvelle supplémentaire pour ce groupe en pleine restructuration. En prenant en compte la réforme fiscale récemment décidée aux États-Unis, l'impact négatif net se monte à 7,5 milliards, a précisé l'entreprise. "Une charge de cette ampleur (...) est profondément décevante", a reconnu le PDG John Flannery, cité dans un communiqué.

GE a indiqué qu'en plus de cette charge qui pèsera sur ses résultats du quatrième trimestre, sa société d'assurance-vie et d'assurance-maladie NALH (North American Life and Health) constituerait des réserves de 15 milliards de dollars sur sept ans. Le groupe a toutefois assuré que ce grand ménage comptable n'aurait "pas d'impact sur les activités industrielles."

GE avait annoncé en novembre dernier un plan de restructuration prévoyant 20 milliards de dollars de cessions d'actifs et des milliers de suppressions d'emplois. John Flannery a décidé de le recentrer sur trois activités: aéronautique (fabrication de moteurs d'avions), équipements et matériels de santé et énergie. Le groupe a en particulier annoncé en décembre qu'il allait supprimer 12000 emplois dans le monde au sein de sa branche Energie (GE Power).

(AFP)

L'année 2017 a représenté le quatrième exercice consécutif de progression des ventes unitaires pour PSA, qui avait frôlé la faillite en 2013-2014.

La marque automobile britannique Vauxhall est reprise en main par son nouveau propriétaire PSA qui place à sa tête un de ses hommes de confiance, dans un contexte délicat marqué par une faible compétitivité et le Brexit.

Les premiers axes de la gestion des effectifs par le groupe automobile se dessinent. Le projet sera examiné le 19 janvier en comité central d'entreprise.

Alstom a annoncé ce lundi 8 janvier qu'il va fournir 14 trains supplémentaires de sa gamme Coradia Polyvalent aux Régions Bourgogne-Franche-Comté et Grand Est pour un montant d’environ 100 millions d’euros. Cette levée d’options, dans le cadre du contrat Régiolis signé en 2009, vient s’ajouter aux 285 trains déjà commandés par les Régions et l’Etat français. La Région Bourgogne-Franche-Comté a ainsi commandé 8 trains Régiolis électriques de 4 voitures qui vont venir compléter les 16 rames de même type déjà notifiées, dont 9 ont déjà été livrées. Le parc de trains Régiolis de la Région Bourgogne-Franche-Comté comptera 24 rames à l’horizon mi-2020, conformément à sa volonté de promouvoir des mobilités plus propres et à sa stratégie d’investissement dans des rames plus modernes, plus confortables et plus économes. La Région Grand Est a, quant à elle, décidé l’acquisition de 6 nouvelles rames dont 5 trains Coradia Liner et un train Régiolis bi-mode de 6 voitures. Le Grand Est dispose déjà d’une flotte de 34 trains Régiolis et de 19 trains Coradia Liner 2 en service commercial.

« Ces commandes supplémentaires constituent une excellente nouvelle pour la filière ferroviaire française et pour les sites Alstom en France. Elles marquent le renouvellement de la confiance des régions Bourgogne-Franche-Comté et Grand Est envers Alstom et sa solution Coradia Polyvalent, » se réjouit Jean-Baptiste Eyméoud, Président d’Alstom France.

Régiolis et Coradia Liner sont des trains issus de la gamme Coradia Polyvalent qui se déclinent en trois longueurs (56, 72 et 110 mètres) et deux types de motorisations (électrique ou bimode thermique-électrique). Ils peuvent accueillir jusqu’à 330 passagers, et circuler à 160 km/h. Ils offrent un confort accru grâce aux sièges équipés de liseuses individuelles et de prises électriques, aux espaces dédiés aux vélos et aux bagages ou encore aux larges baies vitrées et au niveau sonore réduit. Le plancher bas intégral permet l’accessibilité à tous . Les déplacements à bord sont plus fluides avec des zones passagers spacieuses.

Les coûts d’acquisition, d’exploitation et de maintenance ainsi que les coûts de rénovation ont été pris en compte dès la conception afin de contenir les dépenses qui seront engagées pendant les 30 années de la durée de vie du train.
A ce jour, 299 trains Coradia Polyvalent ont été commandés dans le cadre du contrat confié à Alstom par SNCF en octobre 2009, dont 235 rames par 9 régions françaises et 64 rames par l’Etat, autorité organisatrice des trains d’équilibre du territoire (Intercités). La fabrication des Coradia Polyvalent mobilise plus de 4 000 emplois en France chez Alstom

et ses fournisseurs. Six des sites d’Alstom en France conçoivent et fabriquent les trains Coradia : Reichshoffen pour la conception et l’assemblage, Ornans pour les moteurs, Le Creusot pour les bogies, Tarbes pour les chaînes de traction, Villeurbanne pour l’informatique embarquée et Saint-Ouen pour le design.

(source : communiqué Alstom)