L’homme responsable des explosions des bonbonnes de gaz du Colruyt à Offemont a été condamné à 4 ans de prison, dont une année avec sursis, lors de son audience en comparution immédiate au tribunal de grande instance de Belfort, ce mardi 9 octobre. Récit.

Selon le tribunal , "l'atteinte portée par l'arrêté litigieux à la liberté d'aider autrui dans un but humanitaire n'est, ni suffisamment grave, ni manifestement illégale" pour justifier son annulation.

La victime de l'accident survenu mardi après-midi serait morte sur le coup.

Le suspect a reconnu être l'auteur de huit incendies criminels, dont l'un d'un hangar lui appartenant, sur quatorze sinistres dénombrés dans son village depuis le 10 octobre 2013.

Deux suspects ont été interpellés lundi, en plus de trois personnes déjà interpellées en avril.

La "conviction" de l'avocat de la famille est qu'Alexia Daval "a été tuée par une ou deux personnes, avec une grande violence et une rage considérable".

Il s'agit de la deuxième audition de l'informaticien de 34 ans depuis sa mise en examen en janvier dernier pour " meurtre sur conjoint ".

Cinq personnes ont été interpellées par la police judiciaire de Mulhouse mardi et mercredi.

Une peine de 40.000 euros avec sursis a été requise jeudi contre l'hôpital de Besançon, jugé en appel pour avoir mis en danger la vie de ses salariés en les exposant délibérément à l'amiante pendant plus de quatre ans.

L'amiante était enterrée autour de la maison du dirigeant de la société, à Mélisey et aurait alors contaminé les sols et se serait déversé dans les eaux souterraines.