Le constructeur automobile PSA a annoncé aujourd'hui lundi 12 mars qu'il allait assembler en Namibie, à partir de la deuxième moitié de 2018, des véhicules Peugeot et Opel, étendant encore son maillage industriel sur le continent.
Un accord d'investissement entre le groupe français et le gouvernement namibien prévoit d'assembler 5.000 véhicules par an à horizon 2020 dans la ville portuaire de Walvis Bay afin de répondre aux attentes du marché de l'Union douanière d'Afrique australe" (SACU, avec le Botswana, le Lesotho, la Namibie et le Swaziland).

La région Moyen-Orient et Afrique constitue l'un des axes prioritaires de la stratégie de développement du constructeur français (marques Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall) qui y a réalisé en 2017 un bond des ventes de 54,5% à 592.000 unités, compensant l'effondrement de l'activité enregistré en Asie.

"La production débutera avec (les 4x4 urbains) Opel Grandland X et Peugeot 3008, et d'autres modèles suivront", précise PSA qui formera une co-entreprise avec Namibia Development Corporation (NDC) dans le cadre de cet accord.
"Cette implantation en Namibie s'inscrit dans la stratégie à long terme du groupe visant à accroître ses ventes en Afrique et au Moyen-Orient avec l'ambition d'y vendre un million de véhicules en 2025", a déclaré dans le texte Jean-Christophe Quémard, vice-président exécutif de la région Moyen-Orient et Afrique du groupe PSA.
Le groupe dirigé par Carlos Tavares a multiplié les implantations en Afrique et au Moyen-Orient ces trois dernières années, relançant en particulier d'importantes co-entreprises en Iran. En Afrique, il produit ou a prévu à moyen terme de produire des véhicules au Maroc, en Algérie, en Tunisie, au Kenya, en Ethiopie ou encore au Nigeria.

(AFP)

La commission interministérielle de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle s'est réunie le 6 mars. Huit communes du Doubs ont été reconnues en état de catastrophe naturelle.
Les communes d'Audincourt, Blussangeaux, Doubs, L'Isle-sur-le-Doubs, Montgesoye, Mouthier-Haute-Pierre, Ornans et Voujeaucourt ont été reconnues en état de catastrophe naturelle suite aux inondations et coulées de boue du 4 janvier 2018 au 7 février 2018 :
Les habitants de ces communes disposent d’un délai de dix jours après la date de publication de l’arrêté au journal officiel soit le 20 mars pour déclarer les dommages matériels directs qu’ils ont subis auprès de leurs assureurs.
Pour mémoire, sept communes du département du Doubs, avaient déjà fait l’objet d’une reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle au titre des inondations et coulées de boue de janvier 2018 par arrêté du 15 février 2018.

Le marché automobile français a progressé de 4,34% en février sur un an, grâce aux bons chiffres de PSA et en particulier de Peugeot, selon les statistiques publiées jeudi par le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA).
En février 2018 par rapport à février 2017, le groupe français PSA progresse de 23,37%, aidé par l'intégration dans ses chiffres de sa filiale Opel, qui était l'an passé dans le giron de General Motors. La marque allemande a écoulé 5719 voitures neuves sur les 54708 du groupe français.
Avec des immatriculations en hausse de près de 19%, Peugeot fait la course en tête, Citroën stagne (+0,04%) tandis que la marque aux aspirations haut de gamme du groupe français, DS, recule de 18,79%.
Avec 40323 unités, le groupe Renault progresse de 0,86%, grâce à sa filiale roumaine Dacia, qui progresse de 8%, là où la marque au losange recule de 1,32%. Les groupes tricolores progressent de 12,73% sur l'ensemble du marché, dont ils détiennent 56,28%, tandis que les constructeurs étrangers baissent de 4,78%.

(AFP)

Le constructeur automobile PSA, qui a publié jeudi un bénéfice net "record" pour 2017, va verser à ses salariés une prime d'intéressement de 2400 € minimum, a annoncé le président du directoire du groupe Carlos Tavares. "Au titre de l'intéressement 2017, le montant qui va être distribué à nos collaborateurs en valeur moyenne sera de 2600 €, avec une valeur plancher à 2400", a déclaré M. Tavares sur RTL. Si le patron de PSA n'a pas précisé s'il s'agissait d'un montant brut ou net, le CFTC-PSA a évoqué dans un communiqué un montant minimum de "2400 euros net", une moyenne de "2552 € net" et un maximum de "3457 € net".

L'année précédente, l'intéressement avait été au minimum de 2000 euros net, après 1650 € net l'année d'avant. Saluant les "collaborateurs d'une rare excellence" du groupe PSA, Carlos Tavares a assuré que "depuis quatre ans", le montant de leurs "rémunérations variables" a été "multiplié par quatre" et que "de 2006 à 2016", "un milliard d'euros a été redistribué" aux salariés du groupe, soit "à très peu de choses près" autant que les "dividendes à nos actionnaires". Le constructeur a annoncé jeudi un bénéfice net "record" à 1,9 milliard d'euros pour 2017, en hausse de 11,5%, malgré le rachat d'Opel l'été dernier qui a pesé sur la rentabilité du groupe.

L'action décolle

L'action Peugeot décollait de plus de 3%, ce jeudi matin à la Bourse de Paris, dynamisée par le bénéfice net "record" à 1,9 milliard d'euros pour 2017 publié par le constructeur automobile. Le titre prenait 3,36% à 19,24 €, dans un marché en recul de 0,36%.

(AFP)

En raison des températures négatives annoncées pour les prochains jours, le préfet du Doubs a décidé de « mobiliser 8 places d’hébergement supplémentaires à Besançon en abri de nuit, ainsi que 2 à 3 places à Pontarlier et Montbéliard, afin qu’aucune personne nécessitant un hébergement d’urgence ne reste sans abri.
Le nombre de places sera si besoin ajusté en fonction de la demande, des signalements des veilles mobiles et du numéro "115".
Un dispositif de veille sociale existe tout au long de l'année pour les personnes sans domicile. Il est mis en oeuvre par le Service Intégré d'Accueil et d'Orientation (SIAO). Ce service gère la plate-forme téléphonique du numéro de téléphone « le 115 » que chacun peut appeler 24h/24 toute l'année pour faire part d'une situation de détresse.
Des veilles mobiles dites « maraudes » sont renforcées en hiver sur Besançon, Pontarlier et mises en place sur Montbéliard.
Pour assurer une réponse la plus adéquate possible, quatre accueils de jour sont ouverts : 2 sur Besançon, 1 à Montbéliard et 1 à Pontarlier ainsi que des sites de restauration sociale.
Pour répondre aux demandes, le département du Doubs dispose de manière pérenne de places d'hébergement d’urgence.
Pendant la période hivernale (du 1er novembre au 31 mars), un renforcement des dispositifs est assuré. Ainsi, 20 places supplémentaires sont mobilisées.
La direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP), les services de secours, les collectivités locales et les associations sont fortement mobilisés au service des publics fragiles durant cette période.
Pour rappel : toutes les demandes d’hébergement d’urgence sont à solliciter auprès du « 115 ». »
(communiqué de presse de la préfecture du Doubs)

La préfecture du Territoire de Belfort invite chacun à faire le 115 si elle détecte une personne qui pourrait être en difficulté face au froid. « Météo France, prévoit une baisse significative des températures pour la nuit prochaine dans le Territoire de Belfort, relève la préfecture dans un communiqué. En plus de l’organisation quotidienne de maraudes partenariales entre la Fondation Armée du Salut, la Croix Rouge et l’Association Départementale de Protection Civile, il est demandé à chaque citoyen d’apporter une vigilance particulière aux personnes vulnérables : vivant dans la rue, isolées, occupant un logement dépourvu de chauffage, de santé précaire...

Les températures ressenties à Belfort dans les prochains jours seront les suivantes :

  • jeudi 22 février, -10°C le matin et - 4°C l’après-midi (alerte grand froid)
  • vendredi 23 février, - 8°C le matin, et - 3°C l’après-midi (alerte temps froid)

Toute situation de détresse d’une personne sans domicile fixe qui a besoin d’aide peut être signalée en composant le 115. Ce numéro d’appel d’urgence gratuit est opérationnel 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. »

 

21 M€ sont attribués à la Bourgogne Franche-Comté dans le cadre du Programme d'Investissements d'Avenir (PAI) les entreprises du Nord Franche-Comté peuvent en bénéficier.
Le Programme d’Investissements d’Avenir (PIA) est un outil essentiel de la politique gouvernementale. Il vise à soutenir l’effort continu de productivité, d’innovation, de compétitivité, de qualité et de service de nos entreprises, et ainsi permettre la montée en gamme de l’offre de l’industrie française, la croissance et l’emploi.
L’Etat et les Régions ont décidé d'investir dans un programme régionalisé pour le développement de l’innovation, qui s’entend au sens large incluant les innovations non technologiques.
Le volet régionalisé du PIA 3 offre ainsi à la région Bourgogne Franche Comté de nouvelles opportunités pour les entreprises du territoire. Cette action prévoit un financement à parité entre l’Etat (via le programme d’investissements d’avenir) et la Région Bourgogne Franche-Comté, qui sera mis en oeuvre par BPI France et la Caisse des Dépôts et Consignation, opérateurs du PIA3 régionalisé.
C’est une enveloppe totale de 21 Millions d’Euros qui a été attribuée à la Bourgogne Franche Comté réparti en trois volets de déclinaison des actions nationales :
Bourgogne Franche Comté Projets d’innovation (opéré par BPI France)
Soutien aux entreprises engagées dans une démarche de recherche et développement, d’innovation technologique et non-technologique aux perspectives concrètes de commercialisation.
Bourgogne Franche Comté Filières (opéré par BPI France)
Soutien à la structuration des filières régionales stratégiques en permettant le recours à des moyens de production ou des infrastructures mutualisés, l’échange de données et d’informations, le partage des visions technologiques et d’outils collaboratifs.
Bourgogne Franche Comté Formation (opéré par BPI France)
Soutien financier de l’ingénierie des projets de formations innovantes dans le cadre de l’anticipation des mutations économiques pour une problématique exprimée par les entreprises des filières.
Nous aurons le plaisir de vous accueillir lors de la rencontre de présentation du PIA3 qui aura lieu le mardi 27 février 2018 à 17 h 30 à la CCI90, 1 rue du Docteur-Fréry à Belfort en présence des principaux acteurs de ce programme.

(communiqué de presse de la CCI 90)

Benoît Lambert, bien connu du public belfortain pour avoir été artiste associé au Granit, apporte “la bonne nouvelle” sous la forme d’une comédie réaliste.
On imagine le destin de deux hommes et trois femmes passés par les grandes écoles comme HEC ou l’ENA… Ils sont devenus cadres, dirigeants, experts parlant “flexibilité”, “process” et “team buildings”. Ils faisaient partie de l’élite ; en somme, ils avaient “réussi”, comme on dit. Un jour, la bulle a éclaté. Ils ont alors pris conscience des dérives de la société néo-libérale. Le succès de chacun ne faisant pas le bonheur de tous. Revenus dans le droit chemin, ils viennent nous porter la bonne parole façon talk-show à l’heure de la télé-réalité où l’on vient confier ses tracas devant les caméras. Ces repentis viennent témoigner à coup de PowerPoint et de karaoké pour nous aider, nous aussi, à nous en sortir !
Le texte est signé François Bégaudeau que l’on connaît notamment grâce à Entre les murs, dont l’adaptation cinématographique avait obtenu la Palme d’Or au festival de Cannes. Avec Benoît Lambert, ils se sont posé une question, non sans humour « qu’est-ce qu’il y a de si puissant, dans la pratique et la théorie libérale, pour que des millions de gens s’y donnent corps et âme ? »
François Bégaudeau et Benoît Lambert livrent une satire cruelle et hilarante du libéralisme. […]
Une pièce engagée, profondément politique, mais ludique, drôle et pleine de rebondissements. RFI
Un extrait du spectacle pour vous donner un avant-goût: http://www.legranit.org/lire_la_suite.php?id=464 

Tarif : 8 € par place
Mercredi 21 mars à 20 h au Granit de Belfort
Représentation avec audiodescription En amont de la représentation, une rencontre et une visite tactile de la scénographie permettront de mieux appréhender le spectacle de Benoît Lambert. Cette audiodescription est mise en œuvre grâce au soutien du Lions Club Belfort Cité

(communiqué de presse du théâtre Granit)

Alstom va fournir vingt nouvelles rames destinées à la ligne 11 du métro parisien, un contrat de 157 millions d'euros, a annoncé ce lundi 19 février le constructeur dans un communiqué. Il s'agit d'une levée d'option dans le cadre d'un marché signé en mars 2015 entre la RATP, mandatée par Ile-de-France Mobilités, et Alstom, portant sur la livraison d'un maximum de 217 trains de type MP14 sur quinze ans, pour un montant total de plus de deux milliards d'euros.

La première tranche ferme portait sur 35 métros et une première option de vingt trains avait été levée en décembre 2016, précise le communiqué. Cet achat, portant sur des rames de cinq voitures et qui se fera via une commande de la RATP, est subventionné à hauteur de 50% par Ile-de-France Mobilités et à 50% par la RATP, ajoute le texte.
Ces nouvelles rames permettent de réduire de 45% la consommation d'électricité par rapport aux anciens matériels, souligne Alstom.

(AFP)

L’établissement français du sang (EFS) invite les organismes de Belfort et son agglomération à constituer leur équipe et à se défier pour sauver des vies : l'EFS organise un « challenge pour le don », du 20 au 24 mars à la Maison du don (Accès : ligne 2, arrêt CFA; parking réservé aux donneurs). En 2017, 256 donneurs avaient participé à cette opération.

Le challenge pour le don de sang offre l’opportunité aux structures locales (entreprises, associations, clubs sportifs, et même groupes d’amis,…) de fédérer, se mobiliser en groupe autour d’une action solidaire et citoyenne. Chacun peut inscrire une équipe et solliciter son entourage (collègues, clients, amis, famille,…) à venir donner son sang à la Maison du don de Belfort du 20 au 24 mars. L’objectif pour les équipes participantes ? Se distinguer dans une des trois catégories : celle qui réunit le plus de donneurs, celle qui réunit le plus de nouveaux donneurs et celle qui recrute le plus jeune donneur !
À l’issue du challenge, une réception sera organisée à la Maison du don pour annoncer les lauréats et remercier l’ensemble des participants.
À l’occasion du challenge, une borne à selfie sera installée à la Maison du don afin de pouvoir repartir avec la photo de son équipe.
Modalité d’inscription et participation :

  1.  Inscrivez votre équipe en envoyant un mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou par tel au 03 81 61 57 04. L’EFS enverra à chaque capitaine d’équipe les supports de communication pour inciter le plus grand nombre de donneurs à participer.
  2. Mobilisez votre entourage à venir donner du sang
  3.  Venez donner votre sang du 20 au 24 mars à la Maison du don de Belfort en annonçant l’équipe représentée : Maison du don de Belfort : ZAC de la Justice, 90 rue René-Cassin
  • Mardi et jeudi de 8 h 30 à 18 h
  • Mercredi et vendredi de 8 h 30 à 16 h 30
  • Samedi de 8 h à 12 h

L'équipementier automobile français Faurecia a publié ce vendredi 16 janvier un bénéfice net part du groupe en repli de 4,3% en 2017 à 610,2 millions d'euros, et a relevé ses objectifs pour 2018.
Le résultat net des activités poursuivies --compte tenu de la cession de l'activité Automotive Exteriors, des pare-chocs, à Plastic Omnium-- est en hausse de 34,2% à 714,5 millions d'euros, a précisé l'entreprise contrôlée par le groupe PSA.
Le chiffre d'affaires a progressé de 7,9% à 20,182 milliards d'euros en 2017, tandis que les "ventes à valeur ajoutée" --excluant le négoce de monolithes, métaux précieux utilisés dans la dépollution des moteurs et où le groupe ne joue qu'un rôle d'intermédiaire-- sont en hausse de 8,6% à 16,962 milliards.

La croissance organique --à périmètre et taux de change constants-- de ces ventes à valeur ajoutée dépasse la barre des 10%, à +10,6%, soit plus de 8 points de plus que le marché automobile mondiale, s'est réjoui le groupe dans un communiqué. Faurecia bénéficie d'une croissance dans l'ensemble de ses activités, et dans toutes les régions, y compris en Amérique du Nord où la production automobile est pourtant en baisse.
Le résultat opérationnel est en hausse de 20,6% à 1,170 milliard d'euros, ce qui correspond à une marge (par rapport aux ventes à valeur ajoutées) de 6,9%, en progression de 0,7 point.
L'équipementier a relevé ses objectifs pour 2018, qui devraient être "en avance sur le plan de marche": il table sur une hausse des ventes à valeur ajoutée de 7% au moins à taux de change constant et sur une marge opérationnelle supérieure à 7%.
Il vise aussi un bénéfice net par action de 5 euros, et non plus "autour de 4 euros", et un cash flow net --flux de trésorerie-- supérieur à 500 millions d'euros.

(AFP)