PSA Mulhouse se concentre sur une ligne de production

L'usine PSA de Mulhouse (Haut-Rhin) est passée définitivement au "mono-flux", à savoir la concentration de sa production de véhicules sur une seule ligne, a-t-on appris mardi de source syndicale.
La direction a annoncé le basculement complet dans cette organisation mardi, lors de la réunion mensuelle du comité d'établissement, ont rapporté les syndicats FO et CFE-CGC.
"C'est un moment historique pour le site" qui fabrique des voitures depuis près de 50 ans, a commenté Laurent Gautherat, responsable CFE-CGC.
La dernière étape a été franchie dimanche, avec l'arrêt de la dernière équipe qui produisait la Citroën C4 et la DS 4 sur une ligne spécifique, uniquement pendant les week-end, ont souligné FO et la CFE-CGC.
Cette suppression d'équipe va entraîner le départ de près de 500 intérimaires dans les prochaines semaines, à l'échéance normale de leur contrat, a-t-on précisé de même source.
Désormais, l'usine d'un peu plus de 5000 salariés permanents concentre sa production sur une seule ligne pour trois véhicules: la Peugeot 2008, la DS 7 et les premiers exemplaires de la nouvelle Peugeot 508.
PSA a instauré le monoflux de façon progressive depuis quatre ans dans le cadre d'un programme d'investissement de 400 millions d'euros qui doit "faire de Mulhouse l'une des usines les plus modernes du groupe", selon la direction
du constructeur
Selon PSA, il représente "l'organisation du futur", garante de la compétitivité des usines françaises, grâce à l'amélioration de la productivité, la réduction des coûts et l'utilisation maximale des capacités de production. Il est également en vigueur dans l'usine de Poissy (Yvelines).
Les syndicats en critiquent toutefois la flexibilité accrue, défavorable aux conditions de travail faute d'embauches suffisantes selon eux, ce qui se traduit à Mulhouse par la multiplication des samedis et dimanches travaillés.
"On est tout le temps au taquet", a relevé Deborah Schorr, responsable FO de l'usine.

(AFP)

Pierre-Yves Ratti

La force tranquille. Sa capacité de recul aurait pu en faire un tireur sportif, mais ce sont les lecteurs de l'Aire urbaine qui vont apprécier sa précision.