Législatives partielles: le FN ne donne pas de consigne de vote

Le Front national a refusé mardi de donner une consigne de vote pour le second tour des élections législatives partielles dimanche dans le Territoire de Belfort et le Val d'Oise, renvoyant dos à dos les finalistes LR et LREM.
"Les électeurs sont assez grands pour décider (...) Nous ne donnons pas de consigne de vote. Nous renvoyons dos à dos LR et LREM, qui conduisent à peu près la même politique quand ils sont au pouvoir", a déclaré lors d'un point de presse Jordan Bardella, porte-parole du FN.
"Le taux de participation était dérisoire donc il est difficile de tirer des conclusions", a ajouté le responsable frontiste. Seuls 20% (dans le Val d'Oise) et 30% (à Belfort) des électeurs se sont déplacés pour voter au premier tour dimanche.
Le FN, qui a chuté de 10 points à Belfort (7,5%) et de 5 points dans le Val d'Oise (10,1%), a fait "un score relativement modeste", a admis M. Bardella car, selon lui, "il y a une prime aux élus implantés depuis un certain nombre d'années sur le terrain".
"Ce seront deux députés mondialistes de plus, qui défendront la même chose", a ajouté le maire de Beaucaire (Gard) et porte-parole du FN, Julien Sanchez. Le candidat LR Ian Boucard, dont l'élection avait été invalidée en décembre, est arrivé en tête du premier tour de la partielle du Territoire de Belfort, devant Christophe Grudler (MoDem-LREM). Dans le Val d'Oise, la candidate LREM Isabelle Muller-Quoy, dont l'élection avait été invalidée en novembre, a devancé son rival LR Antoine Savignat.

(AFP)

Pierre-Yves Ratti

La force tranquille. Sa capacité de recul aurait pu en faire un tireur sportif, mais ce sont les lecteurs de l'Aire urbaine qui vont apprécier sa précision.