La commission nationale demande que l'Assemblée nationale joue un rôle de contrôle plus développé. Le dossier Alstom a suscité de fortes divergences, certains parlementaires estimant que les intérêts français n'ont pas été suffisamment défendus.

Un rapport publié par l’observatoire national interministériel de la sécurité routière assure que les routes nationales et départementales aménagées et jugées comme sûres sont au contraire celles qui provoquent le plus d’accidents mortels. Un argument de plus pour la limitation à 80 km/h.

L'an dernier, le bassin d'emplois de Belfort-Montbéliard est repassé sous la barre des 10 % de demandeurs d'emplois. L'enquête sur les besoins de main d'œuvre en 2018 menée par Pôle emploi donne à penser que cette tendance va se confirmer cette année.

En novembre, le solde était négatif de 590 postes, selon la commission d'enquête. Au contraire, la direction France de GE avait elle comptabilisé 358 créations nettes à fin 2017.

Les élus régionaux ont été unanimes pour s'opposer au projet régional de santé, notamment en raison des accès aux urgences. Mais leur avis n'est que consultatif.

Depuis trois ans, le lycée Cuvier de Montbéliard accueille une personnalité du monde économique. Cette année, il vient ainsi d'accueillir Thierry Peugeot. Marc Souvet, instigateur avec son épouse de ce partenariat Education natiolane - entreprise, explique la raison d'être de ces rencontres.

Pour les 30 ans des Eurockéennes, 61 concerts sont programmés du 5 au 8 juillet sur la presqu'île du Malsaucy.

La programmation de la 30e édition des Eurockéennes de Belfort, organisées les 5, 6, 7 et 8 juillet, vient d'être dévoilée. 61 groupes sont attendus pendant quatre jours, contre 70 en 2017. À Queens of the stone age, Texas, Orelsan, Liam Gallagher déjà connus depuis quelques semaines s'ajoutent Eddy de Pretto, Portugal. The Man ou encore le local de l'étape, Pihpoh. Onze des artistes sont déjà venus à la presqu'île du Malsaucy, 25 % sont Français et une dizaine n'a pas encore fait d'album. Des découvertes, des coups de cœur et des surprises vont évidemment animer cette édition anniversaire. Le programmateur Vivien Bècle nous aide à affiner nos choix de concerts et nous glisse les découvertes à ne pas rater chaque jour.

L'ex-PDG d'Alstom, Patrick Kron, a défendu mercredi la pertinence de la vente du pôle énergie de l'entreprise française à General Electric, assurant par ailleurs que cette opération ne s'était pas faite sous la pression de la justice américaine.
"Chaque jour a conforté la pertinence de l'analyse qui avait été faite sur le risque que le statu quo faisait courir au groupe", a déclaré l'ancien président-directeur général d'Alstom et actuel président du fonds français de capital-risque Truffle Capital, lors d'une audition devant des parlementaires.

Il s'exprimait devant la commission d'enquête sur les décision de l'État en matière industrielle, qui concerne notamment Alstom. Le conglomérat General Electric avait racheté en 2015 le pôle énergie de l'industriel français.
"Les faits m'ont donné raison sur la nécessité d'agir et également sur le choix du partenaire qui a été retenu", General Electric, a jugé Patrick Kron.  Selon lui, "Alstom n'avait plus la taille critique" et s'était retrouvé en grande difficulté alors que ses marchés s'effondraient.

L'ex-dirigeant a par ailleurs évoqué une "incroyable rumeur" qui dit "que j'aurais vendu à la demande et sous la pression de la justice américaine en gros pour me protéger de poursuites à mon égard". En décembre 2014, le groupe français avait payé une amende record de 772 millions de dollars aux États-Unis pour des faits de corruption dans plusieurs pays. Un cadre français d'Alstom, Frédéric Pierucci, a été arrêté et a écopé d'une peine de trente mois de prison.
"Je n'ai jamais subi quelque pression que ce soit, je n'ai jamais été exposé à aucun chantage de quelque juridiction que ce soit", "ni des Américains ni d'aucune autre juridiction", a insisté Patrick Kron.
"Ces insinuations sont infondées, elles sont insultantes à mon égard comme d'ailleurs à l'égard de l'ensemble des administrateurs qui ont soutenu à l'unanimité ce projet", a-t-il dit.

(AFP)

Pour sa 9e édition, le festival Impétus reprend ses bonnes vieilles habitudes et investit la Poudrière de Belfort, le Moloco d’Audincourt et le Catering Café Music d’Héricourt pour trois soirées déjantées et rythmées, du 27 au 29 avril. Entre groupes confirmés, locaux et totalement surprenants, la programmation prépare de belles surprises et pas seulement musicales.

Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, a annoncé les 222 villes françaises qui auront droit au plan « action coeur de ville » ; elles se partageront 5 milliards d’euros pour revitaliser leur centre-ville. Parmi elle, Belfort, Montbéliard et Vesoul.