L'équipe de la Place du Local : Julien, Nicolas, Josselin et Alan (de gauche à droite et de haut en bas). L'équipe de la Place du Local : Julien, Nicolas, Josselin et Alan (de gauche à droite et de haut en bas). (© PMA / Simon Daval)

La Place du Local : des produits locaux sonnent à la porte

Filières courtes (3/6). Lancée en octobre 2016, la Place du Local est une entreprise qui collecte, vend et livre des produits d’agriculteurs et éleveurs locaux dans toute l’Aire urbaine. Un intermédiaire qui met à mal les préjugés sur le circuit court : prix, temps et pratique.

« Je voulais manger mieux et local et je n’avais pas le temps de faire les marchés ou le tour des producteurs. Je me suis dit que je ne devais pas être le seul dans ce cas. C’est comme ça qu’est née la Place du Local ! » C’est ainsi que Josselin Pradier, jeune dirigeant de l’entreprise, lance un site internet sur lequel des clients viennent faire leurs courses. Salades, carottes, viande, saucisses ou encore produits cosmétiques bio : tout ici est acheté dans un rayon de 50 kilomètres autour de Belfort-Montbéliard.
Après que le client a passé sa commande, l’équipe de la Place du Local collecte le tout directement chez les producteurs et livre à domicile. Le tout est d’être dans les temps, puisque la commande ne peut être prise que du jeudi au lundi, et les livraisons s’effectuent les mercredi, jeudi ou vendredi suivants. « Nous n’avons aucun stock ; on ne récupère que ce dont on a besoin. Cela nous permet également de ne rien jeter », explique Josselin Pradier. Grâce principalement au bouche-à-oreille entre 130 et 150 foyers passent commande chaque semaine.

Des producteurs choisis

Se considérant comme un « bon vivant », Josselin Pradier a pris soin de choisir ses producteurs. Pour les éleveurs, tous ont le label bio : élevage en plein air, aucune hormone, aucun antibiotique… Pour ses agriculteurs, il choisit également des personnes qui s’inscrivent dans le développement durable, avec un faible recours aux pesticides. « L’un des maraîchers qui travaillent avec nous n’a pas le label bio, mais il s’inscrit totalement dans ces principes. Quand je suis allé visiter son installation, il y avait des oiseaux dans sa serre ! Ça veut dire qu’il y avait des insectes donc peu de pesticides. On prône une agriculture saine », illustre Josselin Pradier.
Ils sont ainsi plus d’une cinquantaine de producteurs aujourd’hui, et si « pour certains, la rémunération n’est pas grand-chose, pour d'autres, c’est un vrai plus à chaque fin de mois ». Ce sont, au total, 500 référencements de produits qui sont proposés via le site, et les livraisons couvrent un immense territoire, de Lure à Thann en passant par Pont-de-Roide ou Delle.
En plus de ces livraisons, la Place du Local ajoute des petites recettes, notamment autour des légumes de saison qui peuvent parfois être une découverte pour les consommateurs. « Les producteurs sont toujours partants. Que leurs produits soient mis en avant dans leur région, c’est forcément une reconnaissance pour eux », témoigne Josselin Pradier.

Une entreprise qui se développe

Pour le moment, ils sont quatre à travailler dans l’entreprise. Josselin Pradier espère augmenter le nombre de producteurs d’ici septembre et passer à 70 partenaires. Chaque semaine, ce sont en moyenne 250 kilos de légumes et 70 kilos de viandes qui transitent par le centre de distribution de l’entreprise. De nouveaux produits ont aussi fait leur apparition notamment des produits de beauté (baume à lèvres, savons) 100 % bio et locaux. Si l’entreprise fournit quelques restaurants notamment le Bar’atteint à Belfort, ils tentent d'accentuer cet axe de distribution. Et pour cela, la Place du Local a l’argument du prix. Josselin Pradier réalise régulièrement des comparatifs avec les supermarchés sur des paniers assez complets : « Il y a peu, le nôtre était à 75 euros, celui de supermarché à 71 euros. Ils font des marges sur certains produits, mais sur d'autres nous sommes largement moins chers. Avec l’argument des bons produits et de la livraison, nous montrons notre sérieux. »

Une victoire pour celui qui souhaitait juste manger un peu mieux.

Toute la semaine, à travers six rendez-vous, My Aire Urbaine présente les initiatives qui animent les réseaux des filières courtes dans l'Aire urbaine. Ce jeudi, entretien avec Fabrice Piguet, maître-cuisinier de France et enseignant au CFA de Bethoncourt.

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.