John Flannery, patron de GE, poursuit sa politique de restructuration. John Flannery, patron de GE, poursuit sa politique de restructuration. (DR)

GE se sépare des locomotives et des systèmes de signalisation

Le conglomérat américain poursuit sa politique de restructuration et de cession d'actifs.

General Electric (GE) a annoncé ce lundi 21 mai fusionner ses activités de transport avec l'équipementier ferroviaire américain Wabtec, une transaction s'inscrivant dans sa volonté de céder pour plus de 20 milliards de dollars d'actifs d'ici 2020.
GE Transportation, qui fabrique des locomotives et des systèmes de signalisation notamment, va former une nouvelle entreprise avec Wabtec, fabricant de locomotives, selon un communiqué commun. GE recevra 2,9 milliards de dollars en espèces et détiendra 50,1% du capital, tandis que les actionnaires de Wabtec, fondé en 1869, posséderont 49,1%.
Cette opération, sans conséquence fiscale pour les actionnaires selon GE, est valorisée à 11,1 milliards de dollars. Le chiffre d'affaires de la nouvelle société sera, lui, d'environ 8 milliards de dollars par an. Elle doit encore être approuvée par les actionnaires de Wabtec et les régulateurs avant sa finalisation prévue début 2019.
Elle intervient dans un contexte de ralentissement de la demande dans le rail, activité cyclique, et à quelques semaines de la présentation d'un plan stratégique sur trois ans promis par le PDG John Flannery. La transaction annoncée lundi fait partie de la première étape de cette stratégie de relance du conglomérat industriel, affecté depuis plus de deux ans par le ralentissement des marchés de l'énergie traditionnelle, notamment du gaz et du charbon. L'action s'est effondrée en Bourse, faisant du conglomérat industriel l'une des actions les moins performantes de l'indice DJIA. Elle a perdu quelque 17% depuis le début de l'année.

Wall Street partagée

En novembre, M. Flannery a annoncé une vaste restructuration prévoyant 20 milliards de dollars de cessions d'actifs, dont entre 5 et 10 milliards cette année.
GE s'est déjà séparé en février de ses activités d'éclairage en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique et en Turquie et a vendu une filiale spécialisée dans les équipements et services de santé pour 1,05 milliard de dollars.
Le groupe de Boston (nord-est) a également mis en vente l'unité produisant les turbines à gaz alimentant les sites industriels. Celle-ci comprend les marques Jenbacher et Waukesha englobant les turbines de petite et moyenne puissance allant de 100 kilowatts à 10 megawatts.
L'an dernier, GE Transportation a réalisé un chiffre d'affaires de 4,2 milliards de dollars, en baisse de 11% et représentait 3,44% des revenus totaux (122,1 milliards) de General Electric, qui comprend sept activités principales (aéronautique, équipements de santé, énergie, pétrole et gaz, etc.)
De son côté, Wabtec (Westinghouse Air Brake Technologies Corp), dont la valorisation boursière était de 9,2 milliards de dollars vendredi soir, a généré 3,9 milliards de dollars de recettes l'an dernier et employait 18000 personnes, contre 8000 à GE Transportation. L'opération entre les deux groupes était diversement accueillie à Wall Street: le titre GE gagnait 2,67% à 15,37 dollars vers 13H20 GMT dans les échanges électroniques peu avant l'ouverture, tandis que Wabtec perdait 1,29% à 93,96 dollars.

(AFP)

Pierre-Yves Ratti

La force tranquille. Sa capacité de recul aurait pu en faire un tireur sportif, mais ce sont les lecteurs de l'Aire urbaine qui vont apprécier sa précision.