À l'espace All Access des Eurockéennes, quelques casques permettent de vivre à 360° le concert de Pihpoh qui se déroule au même moment sur la Green Room. À l'espace All Access des Eurockéennes, quelques casques permettent de vivre à 360° le concert de Pihpoh qui se déroule au même moment sur la Green Room. (©My Aire Urbaine – Thibault Quartier)

Quand les Eurockéennes viennent à vous, un concert à 360° [Photos]

Deux entreprises belfortaines ont développé un système permettant de capter un concert à 360°, sur scène, pour pouvoir le diffuser à des personnes empêchées, ne pouvant pas se rendre au festival, par l'intermédiaire de casque. La première captation s’est faite pendant le concert du Belfortain Pihpoh, ce vendredi.

Il est 18 h 15. La foule massée devant la Green Room commence à donner de la voix. Dans les coulisses, Pihpoh, l’artiste belfortain de ce cru 2018, est en pleine concentration. Il joue à domicile. Derrière la scène, on s’affaire aussi à une autre tâche. Vincent Jeannerot, de l’entreprise Time Prod, cherche du jus pour ses trois caméras 360° installées sur scène. L’artiste se dévoile au public. Les caméras tournent. Ouf…

Les trois discrètes caméras (photo ci-dessous) captent le concert au plus près de l’artiste. Un morceau. Deux morceaux. Pihpoh salue la foule. Famille. Amis. Fans. C’est son 2e passage après celui de 2013 sur la Plage. Et Pihpoh de raconter ce qui se passe sur la Green Room. Un grand moment de solidarité. On enregistre son concert à 360° pour qu’il puisse être rediffusé via des casques ressemblant à ceux de réalités augmentées.

Cinquante mètres plus loin, à l’espace All Access, quelques curieux se couvre justement d’un casque. Devant les yeux, c’est un simple smartphone qui est clipsé dans le casque et qui fait office d’écran (photo ci-dessous). On se retrouve projeté au cœur de la Green Room, dans une vidéo bien réelle, devant le public et à côté de l’artiste belfortain. On fait un tour sur soi-même. On voit la scène à 360°. On peut même lever la tête pour regarder le toit de la Green Room. On a envie d’haranguer le public situé à nos pieds. On le fait… Mais c’est à Pihpoh que celui-ci réagit ! La sensation est incroyable. Vertigineuse, quand on regarde ses pieds.

100 % belfortain

C’est le projet Immersive Eurocks for all, développé conjointement par des acteurs belfortains, les sociétés Time Prod et Trinaps, ainsi que l’open lab de l’université technologique Belfort-Montbéliard (UTBM) Crunch lab, qui accompagne tout porteur de projets en recherche de technologie. Ils sont soutenus par la fondation Delfingen. « C’est un projet 100 % belfortain », confie, satisfait, Fabien Hazebroucq, de Trinaps.

En dehors de la diffusion live, confidentielle, de vendredi, ce concert sera rediffusé lundi soir au centre de réadaptation Bretegnier de la fondation Arc-en-Ciel, à Héricourt. Un lieu qui accueille des personnes relevant de suites de chirurgie orthopédique (amputation, prothèse) ou de neurologie (hémiplégies, traumatismes crâniens…). Ce que l’on appelle des personnes empêchées. « Ces personnes pouvaient venir aux Eurockéennes avant, remarque Vincent Jeannerot. La question est de savoir comment leur faire revivre le festival, tout en intégrant leur suivi hospitalier. » On se mobilise, donc, pour que le festival vienne à elles. « On ne fait pas de la technologie pour faire de la technologie, ni de créer un statut de super VIP, insiste Vincent Jeannerot. Nous voulions un projet solidaire. » Au cœur du concert. « Ce que l’on cherche, c’est d’augmenter la jauge du public qui vit le festival avec ceux qui le souhaiteraient, mais qui ne le peuvent pas. » Les deux sociétés existent depuis une dizaine d’années et ont toujours été liées au festival des Eurockéennes. Time Prod compte trois salariés. Trinaps, 24. La relation est quasiment filiale. Elles ont lancé ce projet il y a six mois.

« Quand ils m’ont proposé ce projet, confie de son côté Pihpoh après son concert, cela a résonné, car j’ai dans ma famille deux personnes lourdement handicapées. » Au-delà d’être concerné, l’artiste affectionne ce genre de projet. « Quand on me les propose, si je peux, je les fais », remarque celui qui intervient aussi dans des écoles et dans des prisons pour des cours d’écriture.

Accessibilité

Time Prod diffuse en fait le concert sur une chaîne Youtube privée, que l'on visionne alors sur son smartphone. L’idée, c’est donc que les Eurockéennes soient accessibles à tous ceux qui souhaitent les vivre. Mais aussi que le concept soit accessible, en l’occurrence, en termes de coûts et de mise en place. C’est la garantie que le concept puisse être facilement développé et diffusé.

Les premiers résultats sont encourageants. Évidemment, de nombreuses choses sont à affiner, notamment la qualité de l’image, mais aussi l’adaptation du rendu à tous les handicaps. Comment fait-on, aujourd’hui, pour faire par exemple vivre une scène à 360° à une personne qui ne peut pas tourner la tête ? Une question sur laquelle va se pencher notamment le Crunch Lab de l'UTBM, le Mac Gyver de l’interface et de l’ergonomie. « Il faut s’adapter à tous les handicaps », relève justement Olivier Lamotte, ingénieur de recherche à l’UTBM, en charge du Crunch lab. Il ne faut pas non plus que la solution technique entre en conflit avec les soins thérapeutiques. Pour cette édition, les patients du centre Bretegnier profiteront d'un concert rediffusé. « Mais nous avons la volonté de pouvoir diffuser en live, avec la transposition directe de la vidéo et du son », conclut Fabien Hazebroucq, dont Trinaps apporterait alors la solution réseau. Une manière de continuer à vivre, aux premières loges, l’expérience des Eurockéennes.

Thibault Quartier

Une clé anglaise de l'information, capable d'écrire autant sur le marché des Leds en aquariophilie que sur celui des huîtres ou des poules en zones périurbaines ! Un sujet vous paraît abscons, il se fera un plaisir de l'expliquer.