Ligne Belfort-Delle: un arrêt à Morvillars, mais qui devra faire ses preuves [Infographie] (My Aire Urbaine - Thibault Quartier)

Ligne Belfort-Delle: un arrêt à Morvillars, mais qui devra faire ses preuves [Infographie]

À deux mois de l’ouverture de la ligne Belfort-Delle, les dernières modalités se règlent entre les différents protagonistes. L'arrêt de Morvillars sera bien utilisé, mais à titre expérimental : les études ne plaident pas en sa faveur.

Après la polémique du début de l’été, le fonctionnement de la ligne Belfort-Delle est en cours de finalisation. « Il y a ceux qui parlent et ceux qui travaillent », tranche d’entrée de jeu la vice-présidente de la Région, Maude Clavequin. Au travail donc, la Région, SNCF Réseau et les représentants des chemins de fer fédéraux suisses et du canton du Jura Suisse. Une belle équipe qui s’est réunie à Morvillars, dans le sud-territoire, pour avancer sur les questions tarifaires, d’horaires et d’arrêts.

Le lieu de cette réunion est bien sûr symbolique, puisque lors de la publication des premiers horaires, la gare de Morvillars n’était pas desservie par les trains suisses. La maire de la commune, Françoise Ravey, s’en était inquiétée. Là voilà aujourd’hui rassurée, puisque des arrêts se feront dans sa gare: « C'est synonyme de désenclavement et, on l’espère, de plus d’utilisation de cette ligne, puisque nous sommes placés à un carrefour local et beaucoup des habitants de la commune sont des transfrontaliers », s’est-elle félicitée.

L’arrêt à Morvillars, un test

Si le train s’arrêtera bien à Morvillars pour le lancement de la ligne, ce n’est pour le moment qu’un test. Un compromis trouvé « exceptionnellement », selon Michel Neugnot, vice-président aux transports de la Région. En effet, toutes les analyses prédictives vont contre cet arrêt. La maire de Morvillars a donc bien failli ne voir les trains que passer dans sa commune. Après un travail dans la discrétion la plus totale, il a été décidé « d’oublier la machine et de faire le test en réel. C’est une situation totalement exotique et unique », assure le vice-président de la Région. Une entorse aux règles qui implique des modifications sécuritaires et où la moindre erreur pourrait « dérégler tout le réseau suisse », conclut Michel Neugnot. Les premiers mois seront donc déterminants pour cet arrêt. Déterminant également pour la commune, qui cherche à se développer économiquement grâce à la ligne, notamment en mettant en place un nouveau centre d’affaire dans l’un des châteaux de Morvillars.

Les derniers réglages avant une ouverture dans deux mois

Après une inauguration en grande pompe pendant laquelle les deux ministres des Transports suisses et français seront présentes, la ligne entrera en service le 9 décembre. Et si le travail a déjà été lourd, notamment pour mettre en liaison deux systèmes ferroviaires, qui n’ont que peu de points communs, les participants s’accordent pour dire que ce n’est que le début. La tarification est en cours de finalisation, et aucune information n’a été livrée lors de cet entretien à ce sujet. De même que pour les horaires, les prix devront être cohérents des deux cotés de la frontière.

Autres points : la commercialisation, la publicité faite à cette ligne, les finitions pour le client… « C’est un projet très ambitieux, une histoire de compromis et aujourd’hui, il ne nous reste qu’à terminer ces petits points pour que ce soit une véritable réussite », a assuré David Asséo, délégué aux transports pour le canton du Jura.

Une affaire complexe qui, aujourd’hui, arrive à son aboutissement. Lancement le 9 décembre, pour enfin terminer ce premier voyage et lancer le second : l’exploitation de la ligne et un lancement réussi.

Media

Simon Vermot-Desroches

Le spécialiste Afrique de la rédaction ! Ce n'est pas forcément l'atout n°1 pour traiter de l'Aire urbaine, mais la curiosité de ce journaliste n'a d'égal que son goût pour les choses bien faites.