Le prototype du wagon Azur qui équipe le métro de Montréal. Le prototype du wagon Azur qui équipe le métro de Montréal. (© Bombardier)

Alstom et Bombardier confrontés à des problèmes techniques sur le métro de Montréal

Les nouvelles rames du métro de Montréal ont été retirées de la circulation ce lundi, moins d'un an après leur entrée en service.

Les nouvelles rames du métro de Montréal fabriquées par Alstom et Bombardier ont été retirées de la circulation lundi pour des problèmes techniques, un an à peine après leur entrée en service, a indiqué le service de transport. Le trafic a été fortement ralenti ce week-end en raison de problèmes dont l'origine fait toujours l'objet d'une enquête.

Les rails et certaines voitures ont été fortement endommagées, forçant la Société de transport de Montréal (STM) à retirer de la circulation les nouveaux wagons Azur, appelés à remplacer complètement les anciennes rames d'ici à septembre 2018.

"Tous les trains ont été inspectés; des dommages ont été constatés sur certains trains", surtout sur les rames Azur, a indiqué la STM dans un communiqué. Des "réparations urgentes" sont également nécessaires sur les voies affectées. La STM a attribué le contrat au canadien Bombardier et au français Alstom pour un total de 1,3 milliard de dollars canadiens (932 millions d'euros) afin de remplacer les anciennes rames de métro, en service depuis 1966. Les premières voitures ont commencé à circuler en février 2016.

L'entreprise de transport montréalaise précise que des travaux sur ces wagons Azur vont être "amorcés" et seront "plus longs", sans toutefois préciser d'échéancier. En 2014, avant même la mise en circulation de la première rame, la STM avait dû raboter une portion de la voûte de l'un des tunnels du métro en raison d'une mauvaise estimation de l'espace nécessaire à la circulation des nouvelles rames.

Alstom et Bombardier viennent par ailleurs de décrocher un méga contrat pour livrer 71 rames de RER au syndicat des transports d'Ile de France.

(Source: AFP)

 

Pierre-Yves Ratti

La force tranquille. Sa capacité de recul aurait pu en faire un tireur sportif, mais ce sont les lecteurs de l'Aire urbaine qui vont apprécier sa précision.