Et si on coupait la télé ? #4

« Et si on coupait la télé ? » c’est une petite chronique hebdomadaire « qui pique ». Non, ce n’est pas une chronique, c’est un placebo pour atténuer la dépression des longues semaines d’hiver.

Qu’est-ce qu’elle était belle cette semaine 11 de l’année 2017 ! 

Parce qu’elle a été marquée par le retour d’un beau soleil printanier sur notre belle région, et ça, ça fait du bien !

« Il est des folies que même le diable ignore. »

Tahar Ben Jelloun, L’enfant de sable (1985)

Le monde est fou ! Les gens sont fous ! Chaque jour qui passe nous ramène à cette triste réalité. La violence, la caricature, la moquerie, l’irrespect des biens, mais surtout des personnes, sont rentrés dans les mœurs. D’ailleurs, on ne se respecte plus soi-même parfois.

De la folie de masse ou celle du quotidien, nous y sommes confrontés en permanence. La folie déboule à 17 ans avec des armes lourdes dans un lycée, comme si l’on perdait pied entre la réalité et virtualité de séries télévisées ou de jeux vidéos ; la folie envoie des enveloppe explosives à des organismes financiers qui, au final, ne font que blesser un employé dont rien ne dit qu’il cautionne les méthodes de son employeur ; la folie construit des murs et interdit l’accès à un territoire, balance des bombes de gaz toxiques sur des civils, tabasse, égorge ou viole en pleine rue ou dans les transports en commun en toute impunité. La folie détourne de l’argent, abuse des biens publics ; elle nous fait perdre toute rationalité lorsque nous devons choisir un candidat à la présidence de la République. La folie détruit des joyaux de l’histoire du monde ; la folie détruit l’humanité et nos société. 

La folie de l’homme. La folie d’une société dite moderne (tiens, nous parlions de progrès dans notre précédente chronique !), où l’individualisme, l’égoïsme, la jalousie, le mépris et la violence ont été élevés au rang de « valeurs » principales.

Pourtant, en France, pays des Lumières, des Droits de l’Homme, il est écrit sur le fronton de nos institutions ce qui devrait représenter nos valeurs : Liberté, Egalité, Fraternité. 

Heureusement, un peu comme dans Walking Dead, quelques survivants tentent de résister et de sauver leurs congénères des griffes des zombies, des griffes de la folie des hommes.

Bon allez, on coupe la télé pour de bon et on revient aux choses concrètes. 

Parce qu’il fait beau, et qu’il est grand temps de s’extirper de son canapé pour aller à la rencontre d’autres gens pour découvrir et soutenir les actions positives des résistants de l’Aire Urbaine.

Dès ce vendredi 17 mars, on trouve de belles occasions de se rencontrer et de partager de bons moments, notamment dans le Pays de Montbéliard, avec la mythique « tournée des bars » à l’Axone (entrée gratuite, convivialité et concerts), ou avec le festival des 4 saisons qui vous fera découvrir le nouveau spectacle de Redouanne Harjane aux Bains Douches.

Samedi 18, on vous conseille vivement de vous rendre au 19 – CRAC, la galerie d’art moderne de Montbéliard (en face de la gare et de la médiathèque) pour visiter le salon de la micro-édition et du fanzine. En soirée, après une belle après-midi de découvertes qui sentent bon l’encre et le papier, vous devriez aller vous dégourdir les oreilles, et on vous laisse l’embarras du choix : soit participer à une œuvre de bienfaisance en allant assister au concert de soutien de la fondation Arc-en-Ciel à l’Arche de Bethoncourt, soit bouger votre popotin au son funk-soul de Nina Attal à la Poudrière de Belfort.

Dans le courant de la semaine, vous devriez vous faire une séance de cinéma « qui change » avec la diffusion du film Freaks de Tod Browning (1932), programmé par nos amis des Productions de l’impossible au Colisée à Montbéliard.

Pour en savoir plus, y’a qu’à demander à l’internet, ou jeter un coup d’œil sur notre agenda Facebook. On ne va pas vous mâcher tout le travail non plus !

Laurent Fikfak

Thibault Quartier

Une clé anglaise de l'information, capable d'écrire autant sur le marché des Leds en aquariophilie que sur celui des huîtres ou des poules en zones périurbaines ! Un sujet vous paraît abscons, il se fera un plaisir de l'expliquer.